Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Mishima, Yukio] Vie à vendre

Aller en bas

Votre avis

[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_lcap0%[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_lcap0%[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_lcap100%[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_lcap0%[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_lcap0%[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_lcap0%[Mishima, Yukio] Vie à vendre Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Mishima, Yukio] Vie à vendre Empty [Mishima, Yukio] Vie à vendre

Message par Sharon le Sam 2 Mai 2020 - 11:42

[Mishima, Yukio] Vie à vendre Cvt_vi10

Titre : Vie à vendre
Auteur : Yukio Mishima
Edition :Gallimard
Nombre de pages : 266 pages

Présentation de l’éditeur :

«Je propose une vie à vendre. À utiliser à votre guise. Homme, 27 ans. Confidentialité garantie. Aucune complication à craindre.»

Lorsque Hanio Yamada rate son suicide, il décide de mettre sa vie en vente au plus offrant dans un journal local de Tôkyô. Le premier acheteur ne se fait pas attendre et entraîne ce héros involontaire dans une course folle au cœur d’un monde de gangsters sanguinaires, d’espions et de contre-espions, de potions hallucinatoires, de femme-vampire, de carottes empoisonnées, de junkie désespérée et d’explosif artisanal. Alors que les cadavres se multiplient autour de Hanio, celui-ci demeure miraculeusement vivant et se demande comment enrayer cette machine infernale. La vie aurait-elle finalement une valeur à ses yeux, et serait-il enfin prêt à en payer le prix ?

Mon avis :

C’est la toute première fois que je lis une oeuvre de Yukio Mishima – et pourtant, j’ai déjà longuement entendu parler de l’auteur, ou plutôt de sa vie. Vie à vendre, justement, est un roman inédit en France, publié au Japon en 1968. Que peut bien représenter le héros, Hanio Yamada ? Il est en décalage dans cette société japonaise : à 27 ans, il n’est pas marié, pas même fiancé, donc il n’a pas encore d’enfants, ni une quelconque responsabilité. Il ne travaille plus, par choix personnel, il n’en a pas vraiment besoin financièrement pour l’instant. Puis, il ne fait pas grand cas de sa vie, à laquelle il n’accorde pas vraiment de valeurs. S’il veut mettre fin à ses jours, ce n’est en aucun cas comme un samouraï des temps jadis, ni comme un kamikaze de la seconde guerre mondiale, c’est comme un homme qui est las de tout, et qui a même la paresse de commettre une seconde tentative de suicide (je précise que le terme « paresse » est de moi, et non pas noté tel que dans le roman) : disons plutôt qu’il a même perdu le goût du suicide. Par conséquence, il va vendre sa vie – à celui qui voudra bien en disposer et trouver ainsi un moyen de le faire mourir.

Nous entrons alors dans ce qui est presque une parodie, ou du moins un jeu sur les codes littéraires de plusieurs romans : le roman d’amour vaudevillesque, lors de sa rencontre avec son premier client, le roman policier, le roman d’espionnage, le roman gothique… Nous croisons aussi plusieurs personnages féminins solidement campés, qui jouent avec les clichés tout en s’en jouant, de la femme adultère à la vieille fille amoureuse, en passant par la femme, vampirisant la force vitale des hommes tout en restant presque sympathique (sinon, les vampires n’auraient pas de victimes) et la jeune fille névrosée, qui pense porter en elle les germes de la folie et le poids du passé. La guerre n’est pas si loin que cela, et au moment où le roman est publié, le traité de coopération mutuelle entre le Japon et les Etats-Unis est en pleine renégociation. Au milieu de ses femmes, Hanio se laisse parfois un peu dépasser par ce qu’il vit, et par cette mort qui ne veut pas de lui. Ah si, pardon, elle commencera à s’intéresser à lui quand il reprendra un peu goût à la vie. Tant de désinvolture se devait d’avoir une fin. Ou pas. Comment (re)trouver sa place dans cette société japonaise si cloisonnée ? Oui, j’ai eu l’impression parfois de ne pas connaître suffisamment les codes de la société japonaise pour comprendre pleinement les tenants et les aboutissants de ce roman. Ma seule référence, pour cette époque, est 1969 de Ryû Murakami, roman qui raconte la révolte qui souffle sur la jeunesse japonaise. Autant dire que j’étais très loin de Mishima.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 10159
Age : 42
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum