Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert

Aller en bas

Votre avis ?

[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_lcap0%[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_lcap100%[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_lcap0%[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_lcap0%[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_lcap0%[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_lcap0%[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Empty [Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert

Message par Cannetille le Sam 9 Mai 2020 - 11:15

[Postel, Alexandre] Un automne de Flaubert  Un_aut12

Titre : Un automne de Flaubert
Auteur : Alexandre POSTEL
Editeur : Gallimard
Année de parution : 2020
Pages : 144


Présentation de l'éditeur :  
«1875 : à cinquante-trois ans, Gustave Flaubert se considère comme un homme fini. Menacé de ruine financière, accablé de chagrins, incapable d’écrire, il voudrait être mort.
Il décide de passer l’automne à Concarneau, où un savant de ses amis dirige la station de biologie marine. Là, pendant deux mois, Flaubert prend des bains de mer, se promène sur la côte, s’empiffre de homards, observe les pêcheurs, regarde son ami disséquer mollusques et poissons.
Un jour, dans sa petite chambre d’hôtel, il commence à écrire un conte médiéval d’une grande férocité – pour voir, dit-il, s’il est encore capable de faire une phrase...
À partir de ces éléments avérés, j’ai imaginé le roman de son oisiveté, le rêve de sa rêverie, la légende de sa guérison. Cela aurait pu s’appeler : Gustave terrassant le dragon de la mélancolie.» (Alexandre Postel)


Le mot de l'éditeur sur l'auteur :
Alexandre Postel est né en 1982. Il est l’auteur de trois romans parus aux Éditions Gallimard : Un homme effacé (Goncourt du premier roman 2013, prix Landerneau découvertes), L’ascendant (prix du Deuxième Roman 2016) et Les deux pigeons (2016).


Avis :
A cinquante-trois ans, Flaubert est en 1875 en pleine crise existentielle : anéanti par les difficultés financières, dévasté par la perspective de devoir vendre sa chère maison en Normandie, il ne trouve même plus la consolation auprès de ses pairs et proches, dont beaucoup ont déjà quitté ce monde. Il décide de fuir ce présent insupportable en se rendant à Concarneau, auprès de son ami le naturaliste Pouchet : il va y passer la parenthèse d’un automne, à ne penser qu’à manger et dormir, à se baigner et respirer l’odeur de sardine qui monte du port jusqu’à la fenêtre de sa petite pension, et à observer les travaux de dissection de sa scientifique relation. Saura-t-il retrouver la force et le goût d’écrire encore une ligne ?

Comme le homard dont il observe la mue dans les aquariums du Docteur Pouchet, Flaubert se retrouve en suspension entre deux périodes de sa vie, moment d’angoisse et de vulnérabilité, où l’écrivain, comme à nu et écorché, se retranche dans cette petite ville fortifiée de Bretagne, le temps de retrouver les ressources nécessaires à la poursuite de son existence. Pendant cette période de flottement et d’attente, l’on découvre un homme sensible et mélancolique, ennemi de la médiocrité et désemparé de se voir tiré de son univers littéraire par des contingences matérielles, souffrant d’avoir perdu l’inspiration mais néanmoins bonhomme et bon vivant : un portrait tout en nuances et saisissant de vie, dans un style élégant qui incorpore très naturellement les mille détails fournis ou suggérés par la correspondance de l’écrivain.

L’on y assiste aux affres de la création et de l’écriture, au long travail de maturation qui fait soudain couler l’idée, au travail d’orfèvre de l’auteur qui cisèle son texte, le tout reconstitué à partir des avants-textes et des manuscrits de La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, l’un des Trois Contes que Flaubert publiera deux ans plus tard, peu avant la fin de sa vie.

Admirablement documenté et réussissant à redonner vie avec simplicité et naturel à l’homme qu’était le grand écrivain, ce texte très abouti fait aussi vivre de l’intérieur le processus créatif et la lente gestation d’une œuvre devenue intemporelle. (4/5)
Cannetille
Cannetille
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1786
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum