Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Collet, Magali] La cave aux poupées

Aller en bas

Qu"en pensez-vous ?

[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_lcap0%[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_lcap60%[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_rcap 60% 
[ 3 ]
[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_lcap40%[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_rcap 40% 
[ 2 ]
[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_lcap0%[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_lcap0%[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_lcap0%[Collet, Magali] La cave aux poupées  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 5
 

[Collet, Magali] La cave aux poupées  Empty [Collet, Magali] La cave aux poupées

Message par louloute le Dim 14 Juin 2020 - 11:23

Titre: La cave aux poupées
Auteure: Magali Collet

[Collet, Magali] La cave aux poupées  La_cav10

Editions: Taurnada
ISBN: 978.2.37258.066.3
Nombres de pages: 212

Quatrième de couverture:
Manon n'est pas une fille comme les autres, ça, elle le sait depuis son plus jeune age.
En effet, une fille normale ne passe pas ses journées à regarder la vraie vie à la télé.
Une fille normale ne compte pas les jours qui la séparent de la prochaine raclée monumentale ...
Mais, par-dessus tout, une fille normale n'aide pas son père à garder une adolescente prisonnière dans la cave de la maison.

Mon avis:
Manon est une jeune adolescente qui vit seule avec Le père, dans une maison perdue dans les bois, avec pour seul lien avec la société une télévision.
Manon s'occupe de la maison, ménage, cuisine, faut que tout soit parfait pour Le père.
Manon s'occupe aussi des fillettes que Le père enferme dans la cave, 2 maximum, la cave est petite.
Manon leur porte à manger, les prépare, les lave, pour Le père.
Manon n'a pas le droit de leur parler, pas le droit de connaitre leur prénom, sinon Le père .... 
Manon sait qu'elles finiront toutes sous le tilleul.
Manon si elle déroge à une seule de ces règles, elle le sait, elle en porte les marques, Le père la battra avec une telle violence.
Mais Manon fait la connaissance de Camille, et ça ne va pas plaire au père. 
Mais Manon sera déstabilisée dans ses certitudes, car pour Manon c'est normal que Le père agisse comme ça avec elle et ses poupées.

Dés les premières pages on plonge dans l'horreur, l'horreur d'une gamine sous l'emprise d'un père tortionnaire. 
L'auteure nous épargne certaines descriptions, on n'en a pas besoin pour comprendre ce qui se passe dans la cave avec ces fillettes qu'il ramène lors de ses vacances. 
Lorsque la dernière adolescente a le courage de dire son prénom à Manon, Manon se retrouve désemparée car un lien vient de se créer. Elle essaye de tout faire pour que ce lien reste caché, car Le père ne va pas aimer. Mais une porte vient de s'ouvrir dans son cœur, un lien particulier va unir Camille et Manon, sera-t-il assez solide pour résister au Père, arrivera t-elle à les sauver ?
J'ai bien aimé l’écriture, fluide, percutante. On est plongé dans l'horreur de la 1ere à la dernière page. 
Il faut avoir le cœur sacrement accroché pour lire ce thriller car ça touche les enfants, au premier abord on se dit  " non je ne vais pas pouvoir lire ça ", mais Magali Collet nous tient la main, et on s'y plonge sans le lâcher, car on veut au bout du compte savoir l'issue, si il y en a une.
Les personnages sont très bien travaillés, par moment j'ai détesté Manon à d'autres moment j'avais de la pitié pour elle, pour elle c'est normal que son père soit comme ça, sa mère lui avait dit, c'est à cause de son boulot qu'il est comme ça. J'avais envie par moment de la prendre dans mes bras pour lui dire d’arrêter. 
L'ambiance, la description des lieux sont bien retranscrites. 
J'ai beaucoup aimé ce roman.

Je remercie beaucoup le forum Partage/Lecture et les éditions Taurnada pour ce partenariat, comme d'habitude avec Taurnada je n'ai pas été déçue, merci.
louloute
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 18465
Age : 52
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Collet, Magali] La cave aux poupées  Empty Re: [Collet, Magali] La cave aux poupées

Message par Paprika le Dim 21 Juin 2020 - 12:55

Un grand merci aux Editions Taurnada et au forum Partage lecture de m'avoir permis  de connaître ce livre et cette auteure.

C'est très dur à lire ce qui se passe dans cette maison, dans cette cave où sont enfermées des jeunes filles ramenées de " vacances " par le père de Manon. Manon victime dès son plus jeune âge d'un père amoral, cruel.
Il a totalement soumis sa fille à ses idées, à tel point qu'elle le comprend : " il est comme ça à cause de son travail ". A la fois elle le déteste et l'excuse.
Manon n'a aucune relation avec l'extérieur. Elle n'a que la télévision pour savoir ce qui se passe ailleurs dans le monde.
Elle fait tout dans la maison. Et s'occupe donc également de la jeune fille enfermée dans la cave.
Une certaine relation amicale finit par se créer entre les deux jeunes filles, un échange de souvenirs  à partir du moment où la prisonnière révèle son prénom.
Dans ce livre, à la situation inimaginable et horrible, il y a beaucoup d'émotion, de tristesse, de dégoût jusqu'à la nausée. L'atmosphère est glauque, malsaine. Mais aussi des moments  de détente, de joies entre les filles.
Le personnage de Manon, par moment assez désinvolte dans sa façon de prendre les évènements est attachant, on la sent complètement paumée, perturbée, on a envie de la secouer . Mais Camille lui ouvre des horizons sur une autre vie. Lui fait comprendre ce que sa vie a d'anormal.
Le père immonde, violent, dur, inhumain est haïssable.
Camille, elle, essaie de réagir de son mieux.
Ce roman est dérangeant. On ressent parfaitement l'ambiance qui est très bien décrite , mais avec une pudeur. On devine très bien ce qu'il se passe dans cette cave.
Les personnages sont eux aussi bien décrits, on les " voit ".
J'ai beaucoup aimé ce livre quoique difficile à lire. J'avoue avoir été un peu secouée par cette histoire.
Paprika
Paprika
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3988
Age : 81
Localisation : Belgique
Emploi/loisirs : lecture, musique, bricolage, scrabble
Genre littéraire préféré : tout sauf romans à l'eau de rose, politique.
Date d'inscription : 12/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

[Collet, Magali] La cave aux poupées  Empty Re: [Collet, Magali] La cave aux poupées

Message par elea2020 le Dim 21 Juin 2020 - 13:14

Merci pour vos avis... sur un livre que je ne peux pas lire (trop la trouille pour ça !).

Par contre, l'une de vous deux a oublié de voter. Wink
elea2020
elea2020
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1868
Age : 52
Localisation : 44
Emploi/loisirs : enseignante en reconversion
Genre littéraire préféré : dystopies et classiques, littérature russe
Date d'inscription : 02/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

[Collet, Magali] La cave aux poupées  Empty Re: [Collet, Magali] La cave aux poupées

Message par Jeetca le Jeu 2 Juil 2020 - 17:43

Manon est une jeune fille qui vit coupé du monde dans une maison perdue dans la fôret.
Elle habite seul avec son père depuis que sa maman est décédée. Sa vie est  bien différente de celles des autres jeunes filles, elle le sait, elle regarde la vraie vie à la télé. 
Elle passe ses journées à faire le ménage et surtout elle s’occupe des jeunes filles détenues dans la cave. Elle les lave, les épile, les nourrit, il faut qu’elles soients prêtes pour pouvoir assouvir à tout moment les besoins sexuels du père. A la moindre faute c’est Manon qui prend “une raclée”. 
La règle est de ne pas parler aux filles, mais un jour, une des jeunes filles s’intéresse à Manon. Elles échangent leur prénoms et vont  se lier d’amitié, l’espoir d’un avenir différent se dessine alors.


C’est un livre bien noir qui fait naître des sentiments d’horreur, de dégoût . On sent que Manon est dépassée par certaines situations, elle ne sait pas comment réagir. C’est parfois difficile de comprendre ses réactions, certaines m’ont mise mal à l’aise. Elle ne connaît pas la frontière entre le bien et le mal, elle n’a jamais appris. Elle ne connaît que les horreurs de son père qui est un être sans pitié, inhumain, lui faisant supporter les pires sévices. 
“T’avise plus jamais d’appeler une fille par son nom devant moi ou à me dire ce que je dois faire ou pas. T’es rien de plus qu’une merde sous ma chaussure. A moi de choisir de te virer à grands coups d’eau ou de te laisser sécher. T’as rien à décider, ici. Juste à attendre que je te dise quoi faire.


Malgré la noirceur de ce huis clos, j’ai lu ce livre très rapidement, l’écriture est fluide, narré par Manon avec des mots simples mais percutants. 
Je remercie Partage Lecture et les éditions Taurnada pour m’avoir permis de découvrir ce roman et surtout cette nouvelle auteure dont je vais guetter le prochain roman. 

_________________
flower  Lecture d'octobre flower

- Après la fin de Barbara Abel
- Ces petits rien qui nous animent de Claire Norton
- Inconnu à cette adresse de Kressmann Taylor
- Une vraie famille de Valentin Musso
- Nos belles filles d'aurélie Valognes
Jeetca
Jeetca
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1133
Age : 48
Localisation : Auvergne
Emploi/loisirs : AMP / lecture, sport(vélo, natation, course à pied), cuisine, aromathérapie
Date d'inscription : 23/02/2018

Revenir en haut Aller en bas

[Collet, Magali] La cave aux poupées  Empty Re: [Collet, Magali] La cave aux poupées

Message par Lilo85 le Lun 20 Juil 2020 - 22:28

Voilà un roman qu’il m’a fallu un peu de temps pour digérer…

Je reproche souvent aux romans publiés par les éditions Taurnada d’être trop courts, mais cette fois, le récit est court, mais c’est bien suffisant. Il m’aurait semblé difficile d’en supporter davantage et j’ai eu le sentiment que l’auteure avait fait le tour.

Pour un premier roman, il faut saluer la prise de risque et la maitrise de la trame narrative. L’auteure arrive rapidement à installer une atmosphère pesante, malsaine qui nous donne envie d’avancer pour en finir au plus vite, tout en espérant une morale à cette histoire.

On entre dans la tête d’une jeune fille, dont on ignore le nom, qui vit avec « Le Père ». Le récit est à la première personne du singulier. Ce choix et les quelques informations qui ressortent du récit, mais surtout l’absence d’autres indications, augmentent la sensation de dépersonnification. Cette famille pourrait être n’importe laquelle, n’importe où,… Le huis clos dans lequel vit cette famille augmente l’oppression que l’on peut ressentir à la lecture, surtout en période de confinement. Que se passe-t-il dans la cave du voisin ?

L’auteure nous pousse à nous interroger sur le comportement que l’on pourrait avoir dans une telle situation, à la place de cette jeune fille ou à celle des personnes qui découvrent la situation. Faut-il agir, s’en mêler ou vaut-il mieux fermer les yeux ?

Le rôle de cette jeune fille est trouble : complice, victime,… Au fil des pages, on en apprend un peu plus sur elle, sur son histoire. Puis, on apprend son nom et la compassion prend petit à petit le pas sur l’indignation. On plonge au cœur de la noirceur de l’humain, si on peut encore utiliser ce mot pour qualifier « Le Père ».

L’auteure met en garde au début à la « liberté dans l’emploi et la concordance des temps » pour coller au personnage de cette jeune fille, à qui l’on n’a pas offert une éducation (au sens traditionnel du terme) mais qui a « appris » le monde grâce à la télévision. Ces écarts aux règles n’ont pas perturbé ma lecture et s’insèrent bien dans le texte.

Dans l’ensemble, c’est un livre qui m’a marquée, qui présage que le meilleur pour les prochains de cette auteure, mais ce n’est pas le genre de livre que j’aime particulièrement lire car il m’a vraiment retournée, chamboulée.

Je vote apprécié et en profite pour remercier Taurnada et le forum pour ce partenariat.

_________________
Lecture en cours :  study  JM Erre - Série Z study
                                                                         
Lilo85
Lilo85
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 2803
Age : 35
Localisation : Au milieu des montagnes
Emploi/loisirs : Juriste
Genre littéraire préféré : Tout et même plus... Je me laisse surprendre !
Date d'inscription : 22/05/2012

http://m-selle-lit.blogspot.ch/

Revenir en haut Aller en bas

[Collet, Magali] La cave aux poupées  Empty Re: [Collet, Magali] La cave aux poupées

Message par Sharon le Dim 2 Aoû 2020 - 22:30

Mon avis :

Manon. Est la narratrice de ce roman. Manon. En fait, nous n’apprendrons son prénom que tardivement, parce que personne ne se donne la peine de l’appeler par son prénom. Manon vit seule avec son père, qu’elle nomme « Le Père ». Elle n’a pas de contact avec le monde extérieur, sauf si l’on prend comme un contact le soir, quand son père rentre de son travail. Elle regarde la télévision, c’est un « contact », si l’on veut. Ses journées ? Tenir la maison. Se remettre de la dernière raclée affligée par son père. Prendre soin de la fille qui est retenue prisonnière dans la cave, avant que celle-ci ne rejoigne celle qui l’a précédée – sous le tilleul.
Ce n’est pas le style qui rend le livre difficile à lire, non, le livre est très bien écrit, nous sommes vraiment avec la jeune fille, avec son Père, aussi, qui n’a de Père que ce titre que lui donne Manon. Je ne veux même pas écrire qu’elle est sa fille, non, elle est sa victime, presque comme les autres. Ce qui le rend difficile à lire est véritablement les faits qui nous sont racontés, tant j’ai eu l’impression de me retrouver enfermée avec Manon, avec la prisonnière aussi : un huis-clos, littéralement. Elle n’a jamais rien connu d’autres que cette existence, à la fois bourreau et victime. Il est impossible de ne pas ressentir de la compassion pour elle, elle qui est, finalement, sa première victime.
Pas de pathos, pas de fioriture dans le style ou dans la narration. Pas de complaisance non plus ou de voyeurisme: le récit n’est pas plaisant, il n’y a pas d’admiration ou d’excuses, à aucun moment pour le tortionnaire – oui, je renonce à dire « le Père ».
Ce récit m’a amené aussi à m’interroger, aussi : comment une telle vie est-elle possible ? Comment se fait-il que rien n’ait transparu ? Bien sûr que je me doute que c’est possible mais cela n’empêche que ce récit est effrayant et effroyable.
Je terminerai ma chronique en disant : gardons les yeux ouverts, ne détournons pas le regard. Plus facile à écrire qu’à mettre en oeuvre.
Sharon
Sharon
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 10488
Age : 42
Localisation : Normandie
Emploi/loisirs : professeur
Genre littéraire préféré : romans policiers et polars
Date d'inscription : 01/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum