Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide

Aller en bas

Votre avis ?

[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_lcap0%[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_lcap0%[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_lcap0%[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_lcap100%[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_lcap0%[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_lcap0%[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Empty [Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide

Message par Cannetille le Mar 1 Sep 2020 - 9:43

[Rico, Lucie] Le chant du poulet sous vide  Le_cha11

Titre : Le chant du poulet sous vide
Auteur : Lucie RICO
Editeur : P.O.L.
Année de parution : 2020
Pages : 272


Présentation de l'éditeur :  
« J’ai commencé à écrire Le chant du poulet sous vide comme un conte, de la même manière que le marketing fabrique des contes, jusqu’à nous faire croire que les animaux que nous mangeons sont d’adorables bêtes, saines et dévouées, avec lesquelles nous avons une relation. »
La mère est morte. Sa fille, Paule, revient à la ferme et à son élevage de poulets. Citadine, elle se retrouve à devoir s’occuper d’eux, les tuer et les vendre au marché. Quitte à devoir négliger son mari architecte. Mais en mettant à mort les poulets, Paule renouvelle sans cesse le deuil de sa mère. D’autant qu’elle s’attache à eux et ne parvient à les sacrifier qu’en leur rendant hommage, en écrivant leur biographie, en leur créant des stèles. Le roman est ainsi ponctué de biographies de poulet qui deviennent de plus en plus funestes. Paule trouve pour chaque petite bête un caractère. Ces biographies précèdent de peu la mise à mort. Ecrire devient à Paule aussi nécessaire que tuer.
Mais Paule entend améliorer l’existence des poulets. Elle retourne en ville avec un projet d’exploitation révolutionnaire. Le passage à l’échelle industrielle n’est pas sans risque, Paule commence à douter d’elle-même. Prise à son propre piège d’humaniser la viande à consommer, d’écrire des fictions sur les poulets. Le conte que Paule s’est inventé vire à l’absurde. Les personnages principaux du livre deviennent les poulets. Et l’humanité déraille doucement, victime de ses compromis entre son désir fou de consommation et de ses stratégies de dénégation d’une réalité sanglante.


Le mot de l'éditeur sur l'auteur :
Lucie Rico est née en 1988 à Perpignan. Elle vit à Paris, où elle écrit des scénarios et réalise des films. Le chant du poulet sous vide est son premier roman.


Avis :
A la mort de sa mère, Paule revient à la ferme familiale, consacrée à l’élevage de poulets. Pour se déculpabiliser d’abattre ses volatiles avant de les vendre au marché, elle se met à leur rédiger de petites notices nécrologiques personnalisées, qui deviennent rapidement un véritable atout commercial. L’ampleur de son succès va toutefois la faire peu à peu s’éloigner de son objectif initial : le bien-être et le respect des animaux de boucherie.

Cette histoire que j’interprète au final comme une fable sur la déconnexion moderne, pratique pour nos bonnes consciences, entre la vie animale et la viande que nous consommons, qui nous fait accepter les élevages industriels hors-sol, les argumentations marketing fallacieuses, et la souffrance animale dénoncée dans certains abattoirs, a bien failli me perdre en cours de route : déjanté jusqu’à l’absurde, teinté d’une cruauté un tantinet perverse et dérangeante, habité par une héroïne dont on ne sait plus si elle est juste simplette ou carrément folle, le récit a eu d’autant plus de mal à m’emporter qu’aucune ironie ne vient alléger sa noirceur et que son écriture ne m’a semblé présenter aucune qualité distinctive.

Face à mon absence d’affinité à la fois pour son histoire, ses personnages et son style, sa vraie originalité n’a pas suffi à me rendre agréable cette plongée dans un cauchemar peuplé de poulets, à mes yeux presque sans queue ni tête. (2/5)
Cannetille
Cannetille
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1667
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum