Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice
Le Deal du moment : -43%
PHILIPS – Machine à café dosette ...
Voir le deal
39.99 €

[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel

Aller en bas

Quel est votre avis sur ce roman ?

[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_lcap0%[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_lcap0%[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_lcap100%[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_lcap0%[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_lcap0%[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_lcap0%[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 

[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel Empty [Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel

Message par elea2020 Dim 17 Oct 2021 - 17:59

Alain Parménide
L'aube d'un parcours casuel
Les Editions du Net
30/10/2020
186 pages
978-2-312-07673-7


[Parménide, Alain] L'Aube d'un parcours casuel 31yf6x10


Résumé de couverture :
Exister est un acquis contrairement à vivre. Désireux de donner vie à leurs envies et rêves, tout homme lutte sans relâche. Lutter sans répit garantirait-il le bonheur souhaité ? Tout homme ne serait-il pas condamné à un mode de vie ? Quand le monde des humains, ces êtres vivants étirés entre espoir et désespoir se veut tribulations, où aller pour se sourire et sourire à l’humanité ?
Faut-il tout questionner ou se laisser mener par le courant des vents nués et berceurs ? Autant de questions à questionner dans cette approche…

L'auteur : né en 1981 en Côte d’Ivoire, diplômé en droit privé, ressources humaines et communication puis en informatique, il est également chroniqueur littéraire et coach en développement personnel… L'Aube d'un parcours casuel est son premier roman.

Mon avis :
J'ai apprécié ce "parcours casuel", à commencer par son curieux titre, qui s'est tout d'abord heurté à mon incompréhension, mais que je comprends un peu mieux après avoir terminé le roman, et donc son parcours.

Comme dans un roman d'Amadou Hampaté Ba, que les prémices du récit m'ont rappelé, j'avais le sentiment de vivre avec les personnages dans leur village ivoirien, Bozafla - je goûtais proprement les descriptions de la vie dure des paysans, de la nature autour d'eux. Cette vie avant tout communautaire reflète bien la place que chacun souhaite prendre, à la fois dans une continuité de la tradition, et dans les aspirations de chaque être à trouver une juste place, "une place de choix", aime à dire l'auteur.

L'histoire commence en nous propulsant dans de violents changements, après l'accident de chasse de Guessan Bi, époux de deux femmes et père de trois enfants. Comme l'honneur de sa fille venait d'être mis en danger par des délinquants, cet accident entraîne en cascade de fâcheux événements et dissensions. Il est vrai que les anciens veillent, que le conseil du village tente d'apaiser les esprits, mais parfois c'est en vain que la sagesse d'hommes qui ont vécu se fait connaître et cherche à convaincre de retrouver la paix, de dialoguer.

La suite du roman introduit une rupture, lorsque Colette Djénan, la plus jeune fille de Guessan Bi, part pour Abidjan en compagnie d'une cousine qui veut la prendre sous son aile. Quels dangers rencontrera-t-elle dans la grande ville, elle qui veut suivre les recommandations de sa mère, rester sage et se marier ? La mentalité du village convient-elle à la ville ?

L'auteur a le mérite de poser de nombreuses questions, et d'essayer de se décentrer de son unique point de vue d'homme pour parler des rapports hommes/femmes ; on sent toutefois qu'il est tenant d'un certain ordre de ces relations, qu'il tient à ce que la femme africaine conserve son statut d'épouse modèle. On peut lui accorder de se prononcer clairement contre l'excision par exemple, jusqu'à ce village éloigné de tout, et de délivrer plusieurs points de vue, avis, sur le mariage, la polygamie. Je constate également qu'il préfère poser des questions, laisser le lecteur se faire son avis autour de ces exemples, des "cas", que juger ou pointer du doigt.

J'ai lu un roman très vivant, foisonnant d'énergie, d'espoir, d'humanité, jusque dans la langue, à la fois "étrangère", avec des expressions idiomatiques dépaysantes - et pourquoi pas ? cela redonne véritablement du sang frais à notre langue du vieux continent, comme l'ont fait le canadien, le cajun... - et à la fois désarmante, en ce qu'elle nous rend les personnages proches, tout proches. Je ne peux malheureusement pas accorder à ce livre la note qu'il mérite réellement, parce que l'expression ne m'a pas paru tout à fait terminée, corrigée ; mais si l'auteur trouve par la suite l'accompagnement que peut donner une bonne maison d'édition, il comptera, c'est une Voix.

Citations :
Du haut de ses soixante ans et plus, aidée par sa canne qu'elle ne quittait jamais, toujours taquine et savante, elle s'était mise immédiatement en route ; l'envoyé marchant à ses côtés veillait sur ses pas, et il s'efforçait à suivre son rythme - car à quoi servirait-il de la précéder chez son ami si cette vieille femme n'allait jamais s'y rendre ? (Page 14-15)

Ne dit-on pas que lorsqu'on danse avec un aveugle, il faut parfois marcher sur ses pieds afin de lui rappeler qu'il partage la scène avec d'autres gens ? En somme, il faut oser sa place dans le concert de la bataille, celle qui doit nous élever à la dignité humaine, même au prix de notre vie (...). (Page 27)

Le viol est un crime tout comme donner la mort à autrui. Lorsqu'on veut une femme, il faut aimer la route des champs afin de préparer sa venue ! (Page 43)

Vivre sobrement, c'est se garder des envies démesurées, ne pas jalouser autrui, ne pas oeuvrer à assujettir un tiers parce qu'on a une autorité, un titre, ou qu'on est bardé de diplômes de l'école occidentale. (Page 64)

Tout s'effondrait pour elle ; elle se croyait sur une autre planète ; elle voulut que tout s'arrêtât, hélas ; le train du changement avait quitté son quai depuis des années lunaires. Soit l'on y embarquait, soit l'on se retirait sans incriminer ses occupants. (Page 91)

- Crois-tu être ici pour te marier ? Ca ne se passe pas comme ça ! Le mariage, c'est une question de plus tard ! Ce qui doit t'intéresser, c'est son argent ! Est-ce que tu comprends cela ? Son argent !
- Penses-tu qu'un homme de son acabit me donnera son argent sans exiger de moi quelque chose ? On n'a pas besoin de caresser quelqu'un qu'on n'a jamais vu parce qu'on doit lui donner son argent ! Je ne suis pas un objet pour ce type !
(Page 101)

_________________
"Ainsi vécut Raphaël pendant plusieurs jours, sans soins, sans désirs, éprouvant un mieux sensible, un bien-être extraordinaire, qui calma ses inquiétudes, apaisa ses souffrances. Il gravissait les rochers, et allait s'assoir sur un pic d'où ses yeux embrassaient quelque paysage d'immense étendue. Là, il restait des journées entières comme une plante au soleil, comme un lièvre au gîte." Honoré de Balzac, La Peau de chagrin.

Communautés et solitudes, tome 3 de La Vie d'Oru, héros désabusé de Jules Jéromon (Julien Bonin) / La Maison du Chat-qui-pelote, d'Honoré de Balzac.


=> PàL 2020

=> PàL 2021
elea2020
elea2020
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3747
Age : 53
Localisation : 44
Emploi/loisirs : enseignante en reconversion
Genre littéraire préféré : dystopies et classiques, littérature russe
Date d'inscription : 02/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum