Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon – coffret ETB Astres Radieux EB10
Voir le deal

[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium

Aller en bas

Quel est votre avis sur ce roman ?

[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_lcap0%[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_lcap0%[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_lcap100%[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_lcap0%[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_lcap0%[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_lcap0%[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 
 

[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium Empty [Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium

Message par elea2020 Mer 13 Avr 2022 - 19:54

La Petite piscine au fond de l'aquarium
Jean-Noël Blanc
Joëlle Losfeld
15/03/2007
248 pages
EAN : 9782070787401

[Blanc, Jean-Noël] La Petite piscine au fond de l'aquarium La-pet10

Résumé de couverture :
Un roman qui parle du malaise des cadres ? En partie oui. Le personnage central est en effet directeur des achats dans une entreprise moyenne qu'un grand groupe « restructure ».
On devine les joyeusetés de cette situation. Mais il s'agit aussi du portrait d'un homme qui aménage à la bonne franquette ses amours, ses maux, ses espoirs et ses petits bonheurs.
Ainsi va la vie. Pas toujours gaie, mais souvent drôle. D'autant que le texte est tendu par un humour permanent : parfois tendre, parfois caustique, parfois amer, parfois généreux, il joue sur les mots, les situations, les personnages, les dialogues, les histoires... de sorte que La petite piscine au fond de l'aquarium est un livre à lire en souriant.

Mon avis :
J'ai apprécié ce roman qui se lit et se déguste, un peu comme le fameux lapin à la moutarde du narrateur-personnage principal. Il est construit d'une manière ingénieuse, en courts chapitres, avec des thématiques récurrentes, un peu comme une "liste des choses qui...". C'est un roman atypique et sans prétention, avec un narrateur un peu anti-héros, qui se promène dans la vie comme un pierrot triste qui aurait des arcs-en-ciel au bout des doigts, et ce, quelle que soit la météo qui l'environne.

Le narrateur, Pierre Lacroix, est cadre dans une entreprise de taille moyenne, toujours sur le point d'être reprise, refondée ; dès le départ, il s'attend à être éjecté, lorsqu'il arrive un nouveau directeur - qui s'avère être une directrice. Nous suivons Pierre dans les couloirs et bureaux de son entreprise, en même temps qu'il explore les rues archi-connues de son quartier, regagne son impasse (il a une théorie sur les impasses), et se bat contre des problèmes de santé. Pierre n'est pas vraiment seul, mais sa compagne vit loin, ils ne se retrouvent que certains week-ends. On ne peut dire qu'il se passe beaucoup de choses dans ce roman doucement mélancolique, sans que ce soit non plus un roman d'analyse pointue ; c'est plutôt une manière décalée de voir la vie d'un homme, l'âge qui vient, les souvenirs, d'enfance ou d'amours de jeunesse, mais aussi le monde du travail et la société d'aujourd'hui. Pierre est plutôt coriace, travaille à sa façon et ne s'en laisse pas compter, même s'il est sensible et s'inquiète beaucoup, pour sa propre situation, mais aussi pour ceux qui l'entourent.

Il s'agit bien d'une petite épopée du quotidien, aux dimensions d'une petite piscine, tout juste conçue pour prendre ses aises au sein du cadre qui nous est concédé - à vrai dire, le terme même de "concession" sent peut-être le cimetière, mais c'est raccord avec l'ambiance et l'ironie souvent noire, aussi bien que la poésie du langage, les inventions et trouvailles qui fusent. Si je n'ai pas (encore) essayé le lapin à la moutarde - que j'aime les recettes au feeling, dans lesquelles tout dépend de... miam ! - j'ai vraiment dégusté les associations d'idées, les rapprochements de mots, le jeu et la complicité qui s'instaure avec le lecteur ou la lectrice. C'est peut-être le seul bémol que j'émettrais, cette préférence ostensiblement marquée pour les femmes. D'abord, parce que je n'aime pas que "les femmes" devienne un générique, ensuite, parce que sa préférence est très orientée par le sexe : sera digne de son genre, même (et surtout ?) au travail, une femme pleine de rondeurs et de douceurs (les "pleins et déliés" qu'il affectionne), alors qu'une femme en angles aigus sera à mettre à la corbeille. Une femme en angles aigus étant une femme qui ne serait pas d'emblée charmée par son esprit et suavement complice, fondant dès qu'il décoche un irrésistible "sourire gérardphilipe" et virtuellement flattée par sa manie de l'imaginer en sous-vêtements. Il faudrait expliquer à Monsieur qu'au travail, il arrive qu'une femme ait envie d'être une personne qui travaille, et non un support à fantasmes ou une silhouette à déshabiller des yeux. Cela me paraît un brin sexiste, même si l'intention n'est pas telle.

Le livre reste une lecture agréable, pas forcément marquante pour longtemps, mais bien de notre temps, une lecture qui repose de l'agitation, du culte de la performance, avec une vision poétique douce-amère, qui nous aide à mieux regarder autour de nous, à prendre davantage conscience des petits détails qui font la vie. (4/5)

Citations :
Il faut admettre à sa décharge, malgré tout, qu'il n'est pas comme le menu gibier de ceux qu'on croise aujourd'hui dans les entreprises, et qui, à force de ne connaître que la presse pour décideurs, décidés, dirigeants, dirigeurs et manadjeurs, prennent Chateaubriand pour un morceau de barbaque et Cyrano de Bergerac pour un pinard. Plumier, lui, il sait lire. À côté de cette vertu, ses vanités sont vénielles. (Page 50)

Ensuite, elle s'est inquiétée de savoir ce qui était arrivé à mes cheveux. Un attentat, j'ai répondu. Il avait des ciseaux et un rasoir, je n'avais aucune arme, j'ai capitulé en rase campagne. Rase ? a ironisé Hélène, c'est le mot qui s'impose. (Page 91)

J'aime bien la pharmacie de mon quartier. Elle est tenue par un potard de la vieille école, un homme vénérable et sérieusement déplumé qui porte une blouse blanche et des lunettes d'écaille, et qui a des grognonnements de vieil instituteur pour commenter les posologies. J'ai bien vu, ces derniers temps, qu'il m'accueillait avec une chaleur nouvelle. Je suis devenu un bon client. (Page 159)

MON ORAISON FUNÈBRE

Pardonnez-moi s'il vous plaît cette impertinence puisque vous avez eu la gentillesse de vous rassembler ici pour moi, ou ce qu'il en reste, mais, pour le dire très franchement, j'aurais préféré ne pas être là.
J'ai toujours détesté être le centre de l'attention. Cela me gêne. Il existe tellement de gens qui aiment briller en public et qui ne demandent que ça, alors pourquoi moi ?
Si j'avais pu, j'aurais demandé un mot d'absence à mes parents.
(Page 225)

_________________
"Ainsi vécut Raphaël pendant plusieurs jours, sans soins, sans désirs, éprouvant un mieux sensible, un bien-être extraordinaire, qui calma ses inquiétudes, apaisa ses souffrances. Il gravissait les rochers, et allait s'assoir sur un pic d'où ses yeux embrassaient quelque paysage d'immense étendue. Là, il restait des journées entières comme une plante au soleil, comme un lièvre au gîte." Honoré de Balzac, La Peau de chagrin.


Les Racines du ciel, de Romain Gary / La Solidarité, de Léon Bourgeois / Petite bibliothèque de poésie contemporaine : Tout sera longuement fatal, André Frénaud.




=> PàL 2021

=> PàL 2022
elea2020
elea2020
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 4729
Age : 53
Localisation : 44
Emploi/loisirs : enseignante en reconversion
Genre littéraire préféré : dystopies et classiques, littérature russe
Date d'inscription : 02/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum