Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

Rejoignez le forum, c’est rapide et facile

Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice
Le Deal du moment : -16%
Aspirateur balai Dyson V15 Detect Absolute (2023)
Voir le deal
669 €

[Gay, Roxane] Hunger

Aller en bas

Quel est votre avis sur ce témoignage ?

[Gay, Roxane] Hunger Vote_lcap0%[Gay, Roxane] Hunger Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Gay, Roxane] Hunger Vote_lcap0%[Gay, Roxane] Hunger Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Gay, Roxane] Hunger Vote_lcap100%[Gay, Roxane] Hunger Vote_rcap 100% 
[ 1 ]
[Gay, Roxane] Hunger Vote_lcap0%[Gay, Roxane] Hunger Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Gay, Roxane] Hunger Vote_lcap0%[Gay, Roxane] Hunger Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Gay, Roxane] Hunger Vote_lcap0%[Gay, Roxane] Hunger Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1
 
 

[Gay, Roxane] Hunger Empty [Gay, Roxane] Hunger

Message par elea2020 Ven 3 Mar 2023 - 23:36

Hunger
Une Histoire de mon corps
Roxane Gay
Denoël
Traduit de l'anglais par Santiago Artozqui
2019
321 pages
ISBN : 978-2-207-14018-5

[Gay, Roxane] Hunger Hunger10

Résumé de couverture :
Si vous êtes une femme et que vous vivez aux États-Unis ou dans un pays occidental ; si vous êtes obsédée par l'idée de manger trop ou de ne pas manger assez (c'est plus rare) ; si vous utilisez des mots comme "craquer" et "péché mignon" - ces mots qui nous inspirent un sentiment de honte et destinés à mettre nos corps au pas, il est fort probable, et ce quelle que soit votre silhouette, que vous entretenez un rapport à la nourriture frisant le fétichisme. À celles qui rentrent dans ce modèle de plus en plus étriqué, félicitations ! Les vêtements sont coupés pour vous, les producteurs de chou kale vous adorent et l'opinion publique avec eux. Les autres risquent de rester dans l'ombre, à l'endroit précis où l'auteur de ce livre voulait se trouver.

Dans Hunger, un essai courageux et sans concessions, Roxane Gay retrace comment une agression sexuelle subie dans son enfance l'a conduite à prendre volontairement du poids afin d'être invisible et par conséquent "en sécurité". Dès le début de son livre, elle recommande à ceux qui ont soif de témoignage triomphant sur la perte de poids de passer leur chemin. Pourtant Hunger n'en est pas moins un triomphe, car, à travers l'expérience de Roxane Gay, nous apprenons une leçon fondamentale : nous devrions tous faire preuve de davantage de bienveillance envers la réalité du corps des autres et nous réconcilier avec le nôtre.

Mon avis :
J'ai lu avec intérêt ce livre emprunté à ma fille cadette qui l'a acheté avant les vacances : Roxane Gay, dont je ne suis pas surprise qu'elle soit féministe active, y raconte son passé de "grosse", un vécu difficile dans une société qu'on peut à bon droit qualifier d'impitoyable envers celles et ceux qui ne se coulent pas dans le moule quant aux mensurations. Comme elle le raconte, tout est difficile physiquement, la moindre difficulté n'étant pas l'accès aux services - prendre l'avion ou les transports est un supplice, même se rendre à une conférence pour faire son travail est une horreur, lorsqu'elle découvre que l'estrade ne dispose pas de marches pour y monter. Roxane a fini par capituler le plus souvent, et sortir le moins possible de chez elle, passant par là-même pour une asociale invétérée.

Le récit suit dans l'ensemble l'ordre chronologique, avec les différentes étapes de sa vie : le viol, à 12 ans, alors qu'elle sortait tout juste d'une enfance heureuse et protégée, puis les années d'errance après le lycée, la solitude, mais aussi la découverte du théâtre, et enfin l'accession à une vie professionnelle finalement réussie, sinon épanouie, et ses progrès dans sa carrière littéraire. Elle dissèque la manière dont la boulimie lui a offert une protection contre le stress post-traumatique et ses conséquences, et lui a permis de survivre ; elle essaie également de se comprendre : pourquoi ne pas en avoir parlé à ses parents, par exemple, quand elle sait qu'ils auraient été loyaux et auraient demandé justice pour elle ? Elle s'interroge sur ses relations amoureuses, son manque de confiance en elle, son rapport à son corps et à la nourriture...

Enfin, Roxane Gay sait évoquer sans concession l'attitude des gens face à son corps, sa corpulence qui dérange : elle fustige cette façon qu'ont les gens de vouloir absolument prodiguer des conseils sur son alimentation (à base de préjugés d'ailleurs, en grande partie). Elle cherche à faire la part des choses entre le rejet lié à son poids hors-normes, sa couleur de peau, ses bizarreries psychologiques. Bref, c'est un récit de vie dans lequel on est vite absorbé, et qui se lit très facilement. A travers son histoire personnelle, chacun peut se relier et se sentir touché par ce qu'elle a vécu. Je reprocherais seulement quelques longueurs et répétitions, notamment dans la première partie - je me suis dit que, peut-être, elle cherchait à approcher ses souvenirs sans y aller trop directement, en cercles concentriques... 4/5

Citations :
Je ne veux pas considérer mon corps comme une scène de crime. Je ne veux pas le voir comme quelque chose qui est allé terriblement de travers, quelque chose qu'on devrait entourer de barrières de sécurité pour y mener une enquête. (page 28)

Ils ne savaient rien de ma détermination à faire de mon corps ce qu'il fallait qu'il soit : un port protégé, plutôt que le frêle esquif qui m'avait trahie. (page 70)

Au théâtre, dans l'obscurité et la poussière, j'étais utile. J'étais compétente. Les gens me demandaient de faire des choses et je les faisais. Je pouvais me concentrer sur les tâches à remplir et oublier les garçons dans la forêt et ce qu'ils avaient fait à mon corps. (page 82)

Ce n'est qu'aujourd'hui, à l'aube de la quarantaine, que j'ai commencé à m'affirmer et à dire, quand ils essaient de lancer la conversation à propos de mon corps : "Non. Je ne parlerai pas de mon corps avec vous. Non. Mon corps , comment je le déplace, comment je le nourris, ce ne sont pas vos affaires." (page 127)

Je place la barre de ma gratitude au plus bas. Depuis cette première relation, je n'ai jamais eu à cacher des bleus non consentis, je n'ai jamais eu peur pour ma vie, je n'ai jamais été retenue contre mon gré. Cela fait-il de moi une fille qui a de la chance ? Etant donné les histoires que d'autres femmes rapportent, oui, Cela fait de moi une fille qui a de la chance.
Mais ce n'est pas à cette aune que nous devrions mesurer la chance. (page 257)

Les médecins sont censés avant tout ne pas nuire, mais quand il s'agit de gros corps, la plupart d'entre eux semblent fondamentalement incapables de se conformer à leur serment. (page 289)
elea2020
elea2020
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5585
Age : 55
Localisation : 44
Emploi/loisirs : enseignante en reconversion
Genre littéraire préféré : dystopies et classiques, littérature russe
Date d'inscription : 02/01/2020

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum