Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Bourdouxhe, Madeleine] Les jours de la femme Louise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre opinion sur Les jours de la femme Louise

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Bourdouxhe, Madeleine] Les jours de la femme Louise

Message par Algue le Mar 6 Oct 2015 - 23:17



Éditions Actes Sud
128 pages
ISBN 978-2-7427-8243-7

Présentation de l’éditeur

Elles s’appellent Louise, Anna, Blanche ou Clara. Elles sont ouvrière, femme au foyer, mère seule avec un enfant, bonne chez Madame. Elles sont confrontées à la vie, à l’amour, à l’ennui, à la frustration, à la violence des hommes, leur indifférence ou leur condescendance. Toutes ont en commun des rêves trop grands pour elles, des peurs d’enfant, des désirs qui n’osent s’exprimer. Alors elles avancent vaille que vaille, tombent et se relèvent, touchantes de fragilité,
admirables de courage opiniâtre, fortes de leur douceur même, belles de tout cet espoir lumineux en elles que rien ne parvient à éteindre.
Ce qui bouleverse, dans l’écriture de Madeleine Bourdouxhe, c’est son style simple et franc, en empathie troublante avec les personnages, son réalisme poétique qui ne craint pas l’engagement social ou féministe mais privilégie l’émotion, la justesse psychologique.

Mon avis


On m’a offert ce livre il y a plusieurs années. A l’époque je l’avais commencé puis abandonné, et l’ai réouvert un peu par hasard il y a quelques jours.

C’est un tout petit livre composé de sept nouvelles, chacune consacrée à une héroïne. Ce qui les réunit, c’est sans doute un rêve de liberté - pas toujours avoué ni formulé. Leurs histoires ne sont pas forcément datées, mais elles parlent d’un temps où on allait chez le garagiste pour faire le plein de sa voiture, où les familles bourgeoises avaient une bonne qui préparait la soupe avec les légumes du jardin. A ma première lecture, je n’avais pas compris que ce recueil était une réédition. Je m’étais demandé pourquoi, en 2009, situer ces histoires dans le passé, alors que je trouvais assez actuelles les préoccupations des personnages. En fait l’auteur est née en 1906, et ce qu’elle raconte n’est rien d’autre que le quotidien de sa jeunesse. Sachant cela (c’est pourtant écrit sur la quatrième de couverture que je n’avais, comme souvent, pas lue), les rêves d’émancipation de ses héroïnes me sont soudainement apparus plus modernes et plus crédibles.

L’écriture de Madeleine Bourdouxhe m’a fait penser à une aquarelle. Econome, subtile, elle suggère plus qu’elle ne déclare. Cela ne se lit pas tout seul. Pas parce que les phrases sont longues, les mots compliqués ou les personnages secondaires nombreux, bien au contraire. Mais il faut avoir l’esprit disponible pour peupler le récit entre les ellipses. Il faut prendre la peine de regarder cette aquarelle et d’imaginer d’où vient l’ombre violette de tristesse ou la paillette de folie qui colorent le regard de Blanche, Anna ou Louise.

On se projette alors en elles, et cela ne va pas sans une certaine mélancolie. Car même si elles marchent la tête haute, ces femmes souffrent. J’ai d’ailleurs été frappée par la récurrence dans cette oeuvre du verbe « déchirer ». L’inadéquation entre la vie et les rêves ne semble pas ici un décalage, petit ou grand, que l’on pourrait réajuster ; mais un divorce, un renoncement irréversible, un deuil d’une partie de soi-même. Une perte dont la violence se compare à - explique ? - celle des scènes les plus glaçantes du livre. Avant, pendant ou après, la violence s’accompagne de peu de mots, et même d’une apparente sérénité. Sans doute faudrait-il relire ce livre à chaque fois que l’on se plaint du monde moderne et que l’on soupire en se disant que tout de même la vie de nos grands-mères était plus simple. Simple, peut-être, mais ni plus légère ni moins tragique.

Finalement, je suis très contente d’avoir donné une deuxième chance à ce livre qui la méritait vraiment. La beauté des images vaut le coup de blues.

Algue
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 275
Localisation : Paris, France
Date d'inscription : 31/08/2012

http://algue.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourdouxhe, Madeleine] Les jours de la femme Louise

Message par Ancalina le Mer 7 Oct 2015 - 11:54

Merci pour ton avis! Je note Smile
avatar
Ancalina
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1702
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 29/04/2015

http://www.thepearloflight.tumblr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourdouxhe, Madeleine] Les jours de la femme Louise

Message par louloute le Mer 7 Oct 2015 - 12:03

Merci Algue pour ta critique  Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10225
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Bourdouxhe, Madeleine] Les jours de la femme Louise

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum