Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Braun, Bernadette] Elles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elles

0% 0% 
[ 0 ]
100% 100% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 1

[Braun, Bernadette] Elles

Message par Caesonia le Mer 9 Juin 2010 - 17:06

Elles
Bernadette Braun

Editions Baudelaire, 2009

99p., 12€



Quatrième de couverture :

Nous construisons notre vie dans notre enfance, mais le coffre à jouets ne se referme jamais tout à fait sur les rêves faits à cet âge.
Plus tard, nos rencontres orientent nos destinées. Certaines sont essentielles et nous révèlent à nous-mêmes, d’autres sont plus légères. Elles émaillent notre chemin de moments en suspens, où nos proches, mais parfois de parfaits inconnus, nous confient leurs peurs, leurs combats, leurs solitudes… Ils sont nous et ils sont autres. Leur expérience leur appartient, mais elle enrichit la nôtre, et nous rappelle que nous appartenons à cette extraordinaire famille de l’humanité.
À lire lentement, rencontre après rencontre…

Mon avis

Cet ouvrage est un petit recueil de 24 nouvelles ne dépassant jamais les 6 pages, ayant toutes une femme comme objet apparent, tel que semble l’indiquer son titre.
Or, bien plus que des portraits de femmes, l’auteur soulève ici des pans de vie quotidienne, tous susceptibles d’être connus, directement ou indirectement, par le lecteur quel que soit son sexe.

Nous accompagnons les personnages dans un isolement créateur comme dans la première nouvelle intitulée « Elle » (un pont jeté entre l’œuvre et son auteur ?) dans laquelle il est question d’une femme ressentant le désir d’écrire mais n’y étant pas parvenue jusqu’ici ou plongeons à leurs côtés dans une solitude dévastatrice . Nous sommes confrontés à travers elles aux souffrances de l’absence, de l’indifférence, aux accidents douloureux de la vie telles que la perte d’un être cher ou la maladie.
L’auteur pose un regard acéré sur les travers et les certitudes qui nous modèlent, de la femme au foyer accaparée par la vacuité de sa vie dans « Bisous, bisous » à celle tellement convaincue de sa droiture et de sa perfection qu’elle ne comprend pas la fuite d’un mari étouffé, infantilisé dans « Trop bonne ».

Le ton n’est pourtant ni critique ni compatissant. Bernadette Braun se poserait presque en observatrice clinique si ce n’était la poésie d’un style néammoins limpide et parfaitement accessible.

Ses récits, variations toujours différentes sur le thème de la solitude, coulent, interpellent parfois, remuent ou font sourire. Les tons se mélangent à travers les différents points de vue des protagonistes. Tour à tour , ces femmes nous parlent avec leurs propres mots ( « Quel charabia qu’j’ai dit », in La Faute à Eve : un morceau de bravoure où s’exprime une « nana » qui « cause tout l’temps et dans tous les sens. »), nous les suivons dans les méandres de leurs pensées et parfois l’on s’y retrouve aussi.


Un coup de cœur pour « Imago » :
récit sur la dégénérescence d’un Cœur avec un grand « C » gangréné par les remarques insidieuses ou blessantes, … Le mal qui le ronge est personnifié par des insectes qui s’en donnent à cœur joie (c’est le cas de le dire…ou pas…).

Extrait intervenant après le travail consciencieux de ces « sympathiques » parasites :

« Elle cafarde dans ses murs, s’isole dans sa carapace de regrets et crache son dégoût du monde dans des paroles ou des larmes. Elle déblatère contre les autres, ceux qui sont dans le mouvement de la vie et qui l’ont abandonnée sur le bord du chemin. Elle cloporte des ragots, darde son aiguillon et pique là où cela blesse. »
avatar
Caesonia
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 753
Age : 44
Localisation : Moselle
Emploi/loisirs : Directrice bibliothèque
Genre littéraire préféré : Tous sf espionnage et romans sentimentaux
Date d'inscription : 14/08/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum