Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur "brulant secret"

75% 75% 
[ 3 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Ansault le Ven 21 Nov 2008 - 19:53



Brûlant secret.
(Recueil de 4 nouvelles)
Auteur : Stefan Zweig.
Edition : Le Livre de Poche.
Nombre de pages : 219

Quatrième de couverture :

Comment le désir et la passion, enracinés au fond de chaque être, peuvent le révéler à lui-même et bouleverser son destin : tel est le secret que tentent de percer les quatre récits qui composent ce volume.
L’éveil de la jalousie chez un garçon de douze ans, qui a innocemment rapproché sa mère et le jeune vacancier oisif dont l’amitié le remplissait de fierté ; la dérive nocturne d’un homme qui découvre au contact des voyous et des prostituées une part inconnue de lui-même ; le mystère d’une jeune femme qui se donne sans vouloir révéler son identité ; la rivalité de deux sœurs, l’une religieuse et l’autre courtisane : dans des situations très diverses, l’auteur de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme explore avec audace des sentiments troubles et fascinants, témoignant d’une absolue maîtrise de son art de romancier.

Résumé :

La première nouvelle qui ouvre ce recueil est Brûlant secret. Elle raconte l’histoire d’une mère et de son fils à la santé fragile âgé d’environ une douzaine d’année partis en vacances au grand air dans un hôtel luxueux. Un jeune dandy, oisif, baron de sa condition, aimant les femmes se trouve dans ce même hôtel. Le baron est un chasseur cherchant aventures et trophées. Il trouvera en la mère d’Edgar comme un défi ou un challenge à relever. C’est sûr avant la fin de son séjour celle-ci sera sienne et succombera dans ses bras, car tel était son bon vouloir et tel sera son plaisir. Pour arriver à ses fins et conquérir une mère ne daignant pas répondre à ses avances, le fourbe Baron s’arrangera pour gagner l’amitié d’Edgar qui jouera bien malgré lui le rôle d’entremetteur.
Mais c’était sans compter sur la perspicacité du jeune Edgar. Et dés lors qu’il aura compris qu’il n’était aux yeux de son ami que le vulgaire instrument de sa fourberie, Edgar mettra tout en œuvre pour contrecarrer les projets du Baron et se livrera à une surveillance étroite pour tenter de percer le mystère, ce brûlant secret dont l’innocence de son âge ne lui en avait pas encore révéler la teneur.

La seconde nouvelle, Conte Crépusculaire, nous parle de jeunes gens oisifs occupant leurs journées estivales en de longues promenades à cheval. Parmi eux un jeune homme, ou plutôt un adolescent. Alors que les autres occupent leurs soirées en fumant et jouant aux cartes, ce dernier se promène dans l’allée du parc qui entoure l’imposante demeure où il séjourne.
C’est alors qu’une jeune femme sortant de nulle part, tel un fantôme, se jettera sur lui effrontément et l’embrassera fougueusement. Elle s’en ira tout aussi mystérieusement sans qu’il ait eu le temps de voir qui elle était.
Hanté par la fulgurance de cet instant qui lui laissa entrevoir les délices d’une sensualité insoupçonnée jusqu’alors, il lui faudra trouver coûte que coûte qui parmi les convives pourrait être cette mystérieuse jeune femme.

La troisième nouvelle, La Nuit Fantastique, raconte l’histoire d’un homme dégagé de tout souci matériel et dont la vie, sans grand intérêt, s’écoule paisiblement. Il occupe son temps en distractions diverses et en relations mondaines. Désabusé, le confort de sa situation lui permettant d’obtenir ce qu’il veut quand il veut, la vie lui apparaît à la longue insipide. Il s’ennuie.
C’est alors qu’un dimanche après-midi enjoué par la chaleur estivale, ravi par l’allégresse des promeneurs, se laissant aller à ses humeurs printanières, il décide brusquement de se rendre à la campagne. Mais c’était sans savoir que là où il se rendait, se déroulait un Derby à l’hippodrome où toute la bonne société de Vienne avait rendez-vous. D’abord distant, ne semblant guère concerné, la vision d’une femme débordante d’opulence et d’extravagance, le conduira à jouer un jeu où les provocations s’enchaîneront et finiront par établir les circonstances qui changeront à jamais sa vie et sa vision du monde.

La dernière nouvelle, Les Deux Jumelles, est un conte drolatique, il nous emmène en des temps reculés et incertains. Là-bas deux sœurs jumelles, Hélène et Sophie, filles d’un chef de cavalerie de l’armée du Roi et d’une boutiquière, vivent dans la précarité et sont élevées par leur seule mère. Leur père, à l’âme guerrière et peu scrupuleuse, trahit son Roi par ambition et pour l’appât du gain. Démasqué, il sera rapidement désavoué et exécuté le jour de la naissance de ses filles.
Les deux sœurs si elles avaient héritées de la beauté de leur mère n’en étaient pas moins les dignes représentantes de la folie ambitieuse de leur père si bien que sans cesse elles étaient en concurrence l’une envers l’autre.
Quelques années plus tard alors qu’Hélène s’était jetée dans la luxure pour ravir aux hommes jeunes ou vieux leur fortune et vivre ainsi une vie de facilités et de débauches, Sophie en proie à une profonde jalousie se devait de faire plus qu’elle. C’est alors que l’idée de rentrer dans les ordres s’imposa d’elle-même. Elle restera pure quand sa sœur sera souillée par le vice, elle sera vertueuse quand sa sœur se livrera à la débauche et à la luxure.
Mais Hélène n’avait pas encore dit son dernier mot…

Mon appréciation :

En commençant la lecture de ces nouvelles, j’ai d’abord été enthousiasmé et j’ai franchement bien accroché au premier récit où l’action est pleine de rebondissements et où le personnage du jeune garçon est très attachant. C’est à la fois une quête initiatique vers la maturité, la fin d’un âge, la découverte de l’amour, l’apprentissage d’un nouveau monde, le passage vers l’âge adulte où les choses vous apparaissent tout à coup en une sorte de révélation extralucide. L’étude psychologique des personnages est d’une grande maîtrise, les sentiments et les émotions sont expliqués, justifiées, disséquées et tout cela est d’une parfaite cohérence.
Fort de ces constats, la lecture de la seconde nouvelle m’est apparue déjà comme moins palpitante. Le portrait psychologique des personnages est toujours aussi pointu mais bien que les apparitions surnaturelles de l’être aimé soient d’une grande beauté, l’intrigue plus simple m’a laissé un peu sur ma faim.
Quant à la troisième nouvelle, l’analyse psychologique du personnage poussée dans ses extrêmes a fini par carrément m’ennuyer. Je lisais glissant sur ses longues phrases, perdu dans mes rêveries. Bref, j’étais blasé…

… Jusqu’au moment où, dans un éclair de lucidité, m’est apparue une thématique récurrente à nombres d’écrits de Stefan Zweig. Ca m’a d’abord interpellé, interrogé, puis intéressé avant de carrément me passionner et de redonner un éclairage nouveau et palpitant sur ce que je venais de lire. J’aurais presque pu en relire toutes les pages sous la lumière de cette découverte, si le courage ne m’avait pas fait défaut.
Tout en lisant cette histoire du jeune dandy, oisif et à l’abri du besoin, qui s’en va passer son dimanche après-midi au champ de courses, je me disais : « Mais bon sang, Le Joueur d’Echecs, (que j’avais lu il y a très longtemps), m’avait laissé un souvenir enthousiaste et pourquoi donc ici, je ne retrouvais plus cette sensation ? »…
« Le joueur d’échecs…, les échecs…, les courses…, le jeu…, le hasard…, l’argent…, les jeux d’argent et de hasard… »
« Mais c’est bien sûr !!! Le jeu !!! »
Ici se cache l’essence même des écrits et de la personnalité de Stefan Zweig qui en font toute l’originalité. Tous les écrits qu’il m’avait été donné de lire parlaient de la même chose et le « Jeu » y joue un rôle capital.

Dans Brûlant secret, l’homme, le Baron parti en chasse de la mère d’Edgar est encore là aussi un jeune dandy, plein d’argent, issu de la noblesse cherchant à courtiser les femmes comme il miserait sur un numéro au casino. C’est un chasseur, un joueur, rien ne lui est plus plaisant que le jeu par lui-même et la femme qu’il convoite n’est rien d’autre que le lot à gagner. Il en va de même d’Edgar, qui une fois qu’il aura compris les intentions du Baron, entrera délibérément dans la partie, d’enfant immature, le voilà subitement transposé dans le rôle de joueur et d’adversaire. Les deux protagonistes jouent donc une partie serrée dont le lot ou la récompense est pour l’un les charmes sensuels de l’amour et pour l’autre la douceur et la sécurité maternelle : l’amante contre la mère.
De même dans Le Conte Crépusculaire, là encore nous est décrite une société de jeunes inactifs, pour qui l’argent n’est assurément pas un problème et qui passent leur temps à jouer et à se promener. Quand il arrivera cette chose hallucinante au héros (se faire littéralement violer – nous sommes dans les années 30 !!! – par une inconnue dans les allées d’un parc d’une demeure bourgeoise), il ne cherchera plus qu’à découvrir qui pourrait bien être cette jeune fille. Il partira ainsi dans une sorte d’enquête policière, d’énigme à résoudre, comme un joueur qui chercherait des indices pour savoir sur quel numéro parier.
Dans La Nuit Fantastique, l’allusion au jeu est pour le coup flagrante en situant délibérément le début de l’intrigue dans un hippodrome au milieu des parieurs. Mais en réalité, comme dans les autres nouvelles mais d’une façon encore plus tragique ici, c’est précisément la vie du héros qui est mise en jeu. Ici le personnage ne se contente pas de jouer aux courses, il joue à la roulette russe et l’issue du jeu peut signifier une défaite c’est-à-dire la mort. Mais notre personnage en a parfaitement conscience et il en accepte l’issue de bonne grâce comme une éventualité probable. Quand on joue on accepte les règles du jeu et jouer inclus aussi le fait de perdre et même si perdre équivaut à mourir !
Et il en va ainsi dans la dernière nouvelle Les Deux Jumelles, les deux sœurs ont passé leur enfance à être en concurrence l’une envers l’autre, sans cesse elles se sont mises au défi. Leur choix de vie respectifs, luxure ou religion, luxe ou pauvreté, exubérance ou pudeur, n’a pas été déterminé par vocation mais en opposition l’une par rapport à l’autre. Elles jouent à la roulette : Hélène a misé ses jetons sur les rouges, alors que Sophie choisit de miser sur les noirs.

Alors évidemment bien que ces analogies et ces thèmes soient intéressants, ce qui en constitue la principale valeur c’est le message que Stefan Zweig tente de nous véhiculer à travers tout cela. Stefan Zweig est un poète et comme tout poète il semble habité par un certain idéalisme et une confiance en la nature humaine. Les personnages de Stefan Zweig sont en majorité désabusés et ils n’attendent plus grand-chose de la vie, ils mettent leur destin en jeu et ils s’en remettent délibérément au hasard en tentant de gagner la partie tout en sachant parfaitement qu’ils peuvent aussi bien la perdre. En réalité c’est Stefan Zweig qui tire les ficelles de tout cela et c’est lui qui décide de l’issue de cette partie. En tant qu’humaniste convaincu il nous propose toujours, et désolé si en disant cela je dévoile un peu trop de ces histoires, une issue qui vient en quelque sorte transcender le récit. Il en sort de cette errance de départ quelque chose de magnifier, quelque chose de grand, comme un espoir ou une révélation. Les personnages en sortent grandis, ils gagnent en lucidité comme si le sens de la vie venait de leur apparaître, comme s’ils venaient subitement d’accéder à la Connaissance Universelle.

Alors fort de ces constats, il me fallait désormais découvrir d’où pouvait venir cette intime conviction qui semblait être pour Stefan Zweig une véritable philosophie de vie. Quand on peut à ce point trouver des concordances, des similitudes, des thèmes directeurs dans les œuvres d’un auteur ou d’un artiste, alors c’est sûr on est en passe de découvrir ce qui constitue l’essence même de toute une œuvre.

Et c’est dans les travaux et la philosophie de Friedrich Nietzsche qu’on trouve, me semble-t-il, toute l’origine de l’œuvre de Stefan Zweig.


Dernière édition par Ansault le Ven 21 Nov 2008 - 20:05, édité 2 fois
avatar
Ansault
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 574
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Ansault le Ven 21 Nov 2008 - 19:55

Pour aller plus loin : Quand le je devient jeu.

La philosophie de Nietzsche dans l’œuvre de Stefan Zweig.

La philosophie a ceci de confondant c’est qu’il suffit d’en lire quelques lignes pour que tout de suite on se dise : « Mon Dieu, mais comme c’est vrai !», et l’on pourrait très bien lire la thèse opposée pour que l’on se dise de la même façon : « Ah ben, il n’a pas tort non plus, celui là ! ». Enfin tout ça pour dire que je ne suis pas un spécialiste de la philosophie, loin de là, en réalité je m’en méfie beaucoup et même j’évite d’en lire car très vite on est troublé et on ne sait plus trop quoi penser quand ça ne nous laisse pas carrément vide… si bien sûr on ne s’est pas endormi avant !!!
Néanmoins, au risque de m’y perdre, je vais quand même m’essayer à en dégager quelques similitudes entre les thèmes décrits dans l’œuvre de Stefan Zweig et certaines théories développées par Nietzsche, d’une façon non exhaustive et aux raccourcis sûrement un peu approximatifs.
Belle affaire quand même, quand on pense que déjà les plus grands spécialistes se déchirent sur l’œuvre de ce philosophe… Enfin bref !!!

Stefan Zweig est né en Autriche en 1881 et est mort en 1942. Friedrich Nietzsche, lui, est né en Allemagne en 1844 et est décédé en 1900. Ainsi Zweig, en homme ayant étudié la philosophie, devait avoir parfaitement connaissance des thèses développées par Nietzsche.

Voici un texte de Nietzsche qui, me semble-t-il, illustre parfaitement les thèmes récurrents développés dans l’œuvre de Zweig :

Le besoin nous contraint au travail dont le produit apaise le besoin : le réveil toujours nouveau des besoins nous habitue au travail. Mais dans les pauses où les besoins sont apaisés et, pour ainsi dire, endormis, l'ennui vient nous surprendre. Qu'est-ce à dire ? C'est l'habitude du travail en général qui se fait à présent sentir comme un besoin nouveau, adventice ; il sera d'autant plus fort que l'on est plus fort habitué à travailler, peut-être même que l'on a souffert plus fort des besoins. Pour échapper à l'ennui, l'homme travaille au-delà de la mesure de ses autres besoins ou il invente le jeu, c'est-à-dire le travail qui ne doit apaiser aucun autre besoin que celui du travail en général. Celui qui est saoul du jeu et qui n'a point, par de nouveaux besoins, de raison de travailler, celui-là est pris parfois du désir d'un troisième état, qui serait au jeu ce que planer est à danser, ce que danser est à marcher, d'un mouvement bienheureux et paisible : c'est la vision du bonheur des artistes et des philosophes.

Extrait d’Humain, trop humain publié en 1878, soit 3 ans avant la naissance de Stefan Zweig.

En lisant ce court extrait, j’ai vraiment l’impression de parcourir le synopsis décrivant la trame d’une des nouvelles de Stefan Zweig.
Pour résumer, ce texte nous explique que l’homme pour vivre doit contenter des besoins physiologiques comme manger, boire, dormir, …, sans lesquels toute vie serait impossible. Pour combler ces besoins il faut travailler pour produire ce dont nous avons besoin, ou, dans nos sociétés contemporaines, pour gagner de l’argent pour acheter ces produits. Mais quand vos besoins primaires sont comblés (vous avez mangé, vous avez bu, vous avez bien dormi, …) et quand le travail à effectuer pour couvrir ces besoins est terminé, vous vous retrouvez inactif et commencez à vous ennuyer. Nietzsche nous explique alors que cet ennui est la résultante d’un nouveau besoin créé par l’acte de travailler lui-même. Le travail est ce nouveau besoin, au même titre que les besoins physiologiques, qu’il vous faut désormais satisfaire.
Alors pour combler ce nouveau besoin, deux possibilités s’offrent à vous : soit vous vous remettez à travailler, pour produire encore plus, pour surproduire ; soit vous jouez.
Et c’est là que l’analogie avec les œuvres de Stefan Zweig est la plus flagrante. Tous ses héros sont rentiers, ils n’ont pas besoin de travailler pour subvenir à leur besoin, alors ils s’ennuient et ça Stefan Zweig le décrit très bien dans l’analyse psychologique qu’il en fait, tous sont plus ou moins désabusés, et c’est pourquoi ils trouvent un nouveau salut en engageant leur vie dans la sphère du jeu. Il en va de même pour les deux sœurs jumelles qui démarrent leur vie dans la misère mais très vite elles sauront se dégager de tous soucis matériels, l’une en courtisant des hommes très riche, l’autre en confiant à Dieu le soin de nourrir son corps à défaut de son âme.
Nietzsche poursuit alors en nous expliquant que quand vous êtes « saoul » du jeu et que tout vos besoins sont comblés vous aspirez alors à un troisième état qui serait une sorte de désir de transcendance ou de transfiguration, une sensation de plénitude, un état de grâce et de sérénité et il nous dit qu’il s’agit là de « la vision du bonheur des artistes et des philosophes ».
Et c’est précisément cette sensation qui est l’enjeu véritable de tous les personnages de Zweig. Tous se jettent à corps perdus dans le jeu, tous recherchent la plénitude et un nouvel éclairage sur leur vie, une lucidité… l’illusion d’un bonheur.

Est-ce à dire alors que tous les héros de Stefan Zweig seraient des artistes ou des philosophes ?
Stefan Zweig était le fils de Moritz Zweig, riche juif fabricant de tissu, et d’Ida (Brettauer) Zweig, fille d’un banquier italien. Il étudia la philosophie et l’histoire de la littérature. Autant dire alors qu’il était de par sa naissance dégagé du besoin, et il en profita d’ailleurs pour voyager beaucoup.
Je crois donc que tous les héros de Stefan Zweig sont Stefan Zweig. Et l’histoire qu’il nous raconte est l’histoire de sa propre vie.

Pour aller encore plus loin : Stefan Zweig en jeu sur l’échiquier… Echec et mat !

Stefan Zweig donc est un artiste sincère et authentique qui au travers de ces écrits nous livre sa conception de la vie, sa philosophie (probablement inspirée des théories de Nietzsche… entre autres !!!). Mais au-delà de cela il me semble, et ce que je m’en vais vous raconter n’est qu’une intuition personnelle, que Zweig ne s’est pas contenté de nous transmettre une théorie illustrée par de belles histoires. En effet je crois qu’il a appliqué sur lui-même les propres principes de vie qu’il a développés dans ses livres. Je crois que Stefan Zweig a joué et a misé sa propre vie.
A la différence des héros de ses histoires qui en sortent grandis, lui a perdu la partie. Et, le 23 février 1942, Stefan Zweig se donne la mort en ingérant des médicaments (sa femme le suivra elle aussi dans la mort) après avoir écrit la lettre suivante :

« Avant de quitter la vie de ma propre volonté et avec ma lucidité, j'éprouve le besoin de remplir un dernier devoir : adresser de profonds remerciements au Brésil, ce merveilleux pays qui m'a procuré, ainsi qu'à mon travail, un repos si amical et si hospitalier. De jour en jour, j'ai appris à l'aimer davantage et nulle part ailleurs je n'aurais préféré édifier une nouvelle existence, maintenant que le monde de mon langage a disparu pour moi et que ma patrie spirituelle, l'Europe, s'est détruite elle-même.
Mais à soixante ans passés il faudrait avoir des forces particulières pour recommencer sa vie de fond en comble. Et les miennes sont épuisées par les longues années d'errance. Aussi, je pense qu'il vaut mieux mettre fin à temps, et la tête haute, à une existence où le travail intellectuel a toujours été la joie la plus pure et la liberté individuelle le bien suprême de ce monde. »

L’errance de Stefan Zweig est due, à l’exception de ses voyages de jeunesse, au contexte politique de l’époque. La fin du 19ème siècle et le début du 20ème est marqué par un antisémitisme grandissant nourrit par le nationalisme qui conduira dans les années 1930 à la montée du nazisme et à la seconde guerre mondiale. Comme nombre d’artistes et d’intellectuels juifs l’exil sera leur seule chance de salut. Les écrits et les livres du « juif » Stefan Zweig étaient brûlés en autodafé si bien qu’il résolut de partir en 1934 pour l’Angleterre. Ce départ prématuré suscite nombre de polémiques chez ses biographes, certains affirment qu’il est parti en exil devant l’imminence de la guerre et la montée de l’antisémitisme, d’autres pensent qu’il est simplement parti approfondir sa recherche sur Marie Stuart dont il écrivait la biographie. Il est à noter aussi que certaines thèses de Nietzsche ont été récupérées et détournées frauduleusement de leur sens initial par les nazis. Personnellement, selon mon intuition, intuition qui n’est étayée par aucune thèse, je pense, et pour rester en cohérence avec tout ce qui a été énoncé précédemment, et tant pis si c’est un peu simpliste et réducteur, je pense donc que Stefan Zweig s’est laissé porter par le hasard. Le hasard, ce hasard qui est partie intégrante de tout jeu quel qu’il soit. Son errance était en accord avec ses principes philosophiques, l’errance conduit à la transcendance par le jeu sublimé. Tous les héros de Stefan Zweig finissent un moment ou un autre par errer, remettant ainsi leur vie entre les mains du hasard.

Fuite, lâcheté, manque de courage, refus de l’engagement politique, désintérêt pour la cause des siens ? Oui ? Non ? Peut-être ? On s’en fout… Il me semble que la portée de son message philosophique outrepasse de beaucoup un simple engagement politique et une lutte militante. En même temps aujourd’hui il nous est facile de juger, mais n’oublions pas que nous n’y étions pas et que la vision que nous en retirons aujourd’hui est une vision « romantique ». Voir la mort en face et appréhender physiquement la finitude de ses congénères est autrement plus réalistes et justifie, me semble-t-il, toutes les lâchetés et tous les exils. Et même si ça ne les justifie pas, ça ne nous donne pour autant pas le droit de juger et encore moins de condamner.

Mais Stefan Zweig ne cherchait-il pas encore à étayer jusqu’au bout les principes qui nourrissaient sa philosophie de vie ?
En tout cas l’issue tragique qu’il donna à sa vie le 23 février 1942 montre une chose : c’est qu’il n’avait pas peur de la mort.
Tentait-il par cet acte de se racheter une conduite et ainsi démentir toute supposée lâcheté ou souhaitait-il simplement rester en cohérence avec lui-même et ses principes de vie ?



Pour aller encore encore plus loin :

Et vous ? Avez-vous le courage de miser, sans sourciller, votre vie pleine et entière?


Dernière édition par Ansault le Ven 21 Nov 2008 - 20:44, édité 3 fois
avatar
Ansault
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 574
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par audreyzaz le Ven 21 Nov 2008 - 20:17

Sondage ajouté
avatar
audreyzaz
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3337
Age : 31
Localisation : Région parisienne (92)
Emploi/loisirs : En recherche d'emploi
Genre littéraire préféré : Un peu de tout
Date d'inscription : 04/06/2008

http://le-monde-de-la-lecture.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Invité le Ven 21 Nov 2008 - 22:57

Excellente réflexion sur cet auteur complexe.
Merci Ansault.

Pour ma part, je retiens aussi une récurrente idée qui traverse son oeuvre : la conscience.
Il l'interpelle constamment, nous rappelle à quel point nous en sommes prisonniers (pour le plus grand bonheur / le plus grand malheur) et sa vie même, sans doute assimilée à un jeu absurde (quelle vie n'est pas absurde ? - merci Camus !), est un exemple de questionnements existentiels, qui je crois, vont au-delà du contexte de son époque.

Il y a dans ce sens la thématique du destin, du fatum. En témoignent ses superbes biographies. Il a l'art de pénétrer dans l'intimité des êtres comme personne. Il semble interroger ces trajectoires individuelles pour en tirer une leçon, une élévation ou un sentiment (?)

En un mot, au-delà des anecdotes et des récits historicistes, il atteint l'universalité.

Zweig m'a énormément marquée comme écrivain et comme homme quand j'étais adolescente.

A noter : Grasset publie le dernier volume de sa correspondance 1932-1942 (les années noires qui le mèneront au suicide). Egalement "Voyage dans le passé" (manuscrit inédit en français).

Extrait visionnaire :
"Le vrai livre qu'il faudrait écrire serait la tragédie du judaïsme, mais je crains que, quand bien même on la porterait au sommet de l'intensité, la réalité ne surpasse encore notre imagination la plus débridée".

(Article - Livres hehbo du 24-10)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Ansault le Ven 21 Nov 2008 - 23:29

Tu as l'air de très bien connaître cet auteur. Moi, personnellement, je n'ai lu que ce recueil de nouvelles et Le Joueur d'Echecs il y a très longtemps et mon souvenir en est très estompé.
Néanmoins ce que tu dis sur la "conscience" en tant que thème récurrent de son œuvre est très intéressant et aussi et surtout le parallèle qui pourrait être fait avec l'absurde, l'existentialisme et Camus (et les autres...)
Tout cela ouvre des perspectives et des axes de lecture extrêmement riches.
En tout cas ça donne envie de prolonger l'exploration...

... Enfin un peu plus tard, le temps de digérer un peu tout cela.
avatar
Ansault
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 574
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Invité le Ven 21 Nov 2008 - 23:43

Une phrase lue à l'âge de 18 ans est restée indélébile dans mon cerveau, dans mon coeur aussi :

La conscience n'oublie jamais.

C'est la dernière phrase du livre : La pitié dangereuse. (Si tu peux, lis-le et reviens nous dire)

Il a beaucoup réfléchi sur la lâcheté.

Dans sa vie privée, il l'a terrassée par son suicide. Je ne peux m'empêcher d'admirer ce geste, qui fait écho à ses écrits. LOIN DE MOI l'APOLOGIE DU SUICIDE. Mais je parle de l'adéquation réelle, totale entre l'oeuvre et la vie de l'artiste.

Parler de l'auto-destrcution pour divers remords de conscience, c'est une chose. La mettre en pratique parce qu'on estime avoir "trahi" son peuple, son identité, son destin (peut-être) en fuyant la guerre et en laissant les copains dans la souffrance, ce n'est pas de l'abnégation, pas du sacrifice.

C'est sans doute une forme de respect et d'amour énorme pour ses semblables.

Encore une fois, AUCUNE LOUANGE du suicide de ma part. Mais vous comprenez mon ressenti d'être humain, je pense.

La solidarité est plus un mythe qu'une réalité chez nous tous.

Chez lui, ce fut l'accomplissement de son destin, voire sa réalisation...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Ansault le Sam 22 Nov 2008 - 0:07

La pitié dangereuse... Je le note.

La solidarité chez nous est œuvre de commerce... enfin c'est un autre débat.

Quant à la "lâcheté", c'est un sujet délicat à traiter car la notion de jugement y est étroitement liée. Il est donc difficile d'être réellement objectif.
Le sentiment de lâcheté est un sentiment trouble, on voudrait l'excuser, le justifier, le pardonner mais dans le fond on ne peut s'empêcher de le condamner, c'est tellement plus confortable (pour notre conscience !) de tomber dans ce travers.
Enfin j'avoue que je ne me suis jamais trop penché sur cette thématique.
avatar
Ansault
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 574
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Ansault le Sam 22 Nov 2008 - 1:33

Hum... Le hasard... Voilà encore un concept sujet à controverse !!!
Peut-être que tu as raison et que ce terme est impropre à l'œuvre de Zweig. Là pour le coup je ne sais pas bien, je n'en ai pas assez lu de lui pour avoir un réel avis sur la question.
Ça mériterait d'être approfondi.

En tout cas, je suis bien d'accord avec toi, après la lecture de telles œuvres on en sort "grandi", je dirais même plus "regonflé"...
avatar
Ansault
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Masculin
Nombre de messages : 574
Date d'inscription : 03/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Thot le Sam 22 Nov 2008 - 1:38

Je n'ai pas lu ce recueil mais je sais que j'ai beaucoup apprécié tout ce que j'ai pu lire de Zweig et d'ailleurs le livre de Marai que je suis en train de lire me rappelle énormément l'écriture de Zweig.
A savoir que ces deux auteurs ont choisi de terminer leur vie de la même manière...
avatar
Thot
Admin

Féminin
Nombre de messages : 6053
Age : 38
Localisation : Suisse
Genre littéraire préféré : Je lis de tout, mais j'aime moins la science-fiction.
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Invité le Sam 22 Nov 2008 - 20:29

Qui est Bettelheim ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Invité le Sam 22 Nov 2008 - 23:52

Merci, Francine, je ne connaissais pas du tout. Very Happy
Visiblement controversé, le bonhomme...

Ceci est HS sur ce fil, mais as-tu lu Le livre noir de la psychanalyse ?

Passionnant et surtout, il remet pas mal de pendues à l'heure...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Invité le Dim 23 Nov 2008 - 0:30

En poche, sous la direction de Catherine Mayer.

Un certain nombre de psys connus démontent les théories de Freud et prouvent ses nombreux échecs, textes à l'appui. Notamment grâce à la publication de sa correspondance privée ou le "maître" avouait à ses proches son impuissance à traiter les névroses, psychoses et autres pathologies encore plus graves. En gros : Freud, c'est l'imposture du XIXè...
Livre très percutant dans ses arguments.

PS : Lacan s'en prend plein la face aussi. L'idée générale étant que cette discipline fut dévelopée pour une bourgeoisie oisive, riche et narcissique.

Discipline ayant autant d'adeptes zélés que de détracteurs féroces de nos jours.

A lire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Invité le Dim 23 Nov 2008 - 0:41

Oui, je l'ai lu.
Tu as raison. Je développerai cela sur un autre fil.
Le sujet est exaltant : la psyché humaine, tu penses...

Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Thot le Mar 1 Sep 2009 - 23:09

Je reparle ici de mon avis sur "Brûlant secret" que j'ai lu dans "romans et nouvelles" édition le livre de poche http://www.partagelecture.com/autres-auteurs-f163/zweig-stefan-conte-crepusculaire-la-peur-t2705.htm#39596

Cette nouvelle est fabuleusement bien écrite et nous suivons avec beaucoup d'intérêt l'évolution de l'enfant balloté entre les adultes et leurs affaires de cœur.
avatar
Thot
Admin

Féminin
Nombre de messages : 6053
Age : 38
Localisation : Suisse
Genre littéraire préféré : Je lis de tout, mais j'aime moins la science-fiction.
Date d'inscription : 02/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Bénédicte le Sam 20 Mar 2010 - 15:34

j'ai lu toutes ces nouvelles et je les ai bien appréciées tout particulièrement Brûlant secret que je trouve remarquable et très moderne
avatar
Bénédicte
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 96
Age : 49
Localisation : YVELINES
Genre littéraire préféré : Romans
Date d'inscription : 24/01/2010

http://pragmatisme.over-blog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Karim le Ven 22 Nov 2013 - 18:53

J'ai beaucoup aimé l'ensemble des nouvelles, la plume de cet écrivain est juste magique. Il est d'un humanisme très spécial et la mélancolie de ses textes me serrent très souvent le coeur. Bien que je ne soit pas un littéraire,je trouve que c'est vraiment des nouvelles très brillante, pleine de révélation sur l'hypocrisie du monde adulte, sur l'absurdité de la vie même pour des gens riches...
avatar
Karim
Apprenti
Apprenti

Masculin
Nombre de messages : 10
Age : 23
Localisation : France
Emploi/loisirs : Etudes
Genre littéraire préféré : TOUS
Date d'inscription : 10/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Zweig, Stefan] Brûlant Secret

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum