Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Viollier, Yves] La mère

Aller en bas

Votre avis sur ce livre

[Viollier, Yves] La mère Vote_lcap50%[Viollier, Yves] La mère Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Viollier, Yves] La mère Vote_lcap0%[Viollier, Yves] La mère Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
[Viollier, Yves] La mère Vote_lcap50%[Viollier, Yves] La mère Vote_rcap 50% 
[ 1 ]
[Viollier, Yves] La mère Vote_lcap0%[Viollier, Yves] La mère Vote_rcap 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2
 

[Viollier, Yves] La mère Empty [Viollier, Yves] La mère

Message par surpass le Mer 25 Mar 2009 - 11:21

[Viollier, Yves] La mère 0334719_200
Editeur : Robert Laffont
Date de parution : septembre 2007
Nombre de pages : 242
Genre : Régionnaux

Résumé de l'auteur
[justify]Née en Vendée dans les années vingt, orpheline à sept ans.
Son destin est tout tracé : elle sera épouse et mère, soumise à la volonté de Dieu. Sa vie, déjà difficile, devient un véritable calvaire quand on la marie, trop jeune, a un homme sournois et cruel. Comme il est d'usage dans la France de cette époque, ses souffrances resteront muettes, étouffées par le conformisme social et la rigueur religieuse. Face aux épreuves, elle opposera toujours une force extraordinaire - puisée dans l'amour total qu'elle porte à ses treize enfants et dans sa foi absolue en Dieu.
En retraçant cet itinéraire, proche par bien des côtés d'un chemin de croix, Yves Viollier a surtout voulu rendre hommage au courage et à la détermination dont savent souvent faire preuve les êtres humains les plus démunis.

Mon avis
J'ai été très touchée pour cette femme, mère de treize enfants et épouse d'un homme, sournois, cruel, autoritaire et panier percer. A la lecture de ce livre on sent que "Reine" tient le coup grâce à ses enfants, elle s'est résignée il y a bien longtemps, rien ne compte plus que ses enfants et faire en sorte que son mari ne s'en prenne pas à eux
ma note :9/10


Dernière édition par surpass le Mer 25 Mar 2009 - 14:02, édité 1 fois
surpass
surpass
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2237
Age : 42
Localisation : quelque part en France
Genre littéraire préféré : thrillers / polars / contemporain / chick litt / régionnaux
Date d'inscription : 15/12/2008

http://www.lecoinlecture.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

[Viollier, Yves] La mère Empty Re: [Viollier, Yves] La mère

Message par nuage le Mer 25 Mar 2009 - 11:57

je le note celui ci merci supass pour cette presentation
nuage
nuage
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 1262
Age : 46
Localisation : vaucluse
Emploi/loisirs : Moniteur d' atelier en CAT mais actuelement maman à temps plein. Dessin, Yoga, l' apprentisage de la sagesse !
Genre littéraire préféré : thriller psychologique, litterature victorienne mais je suis trés curieuse de tout genre...
Date d'inscription : 22/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

[Viollier, Yves] La mère Empty Re: [Viollier, Yves] La mère

Message par Cannetille le Ven 14 Fév 2020 - 18:14

Née en Vendée en 1910, Reine est contrainte par sa famille de renoncer à sa vocation religieuse et accepte d‘épouser un métayer qui lui donnera treize enfants. Entre sa progéniture, les durs labeurs de la ferme, et son mari tyrannique, violent et bon à rien, elle mènera une vie marquée par le dévouement et la pauvreté, que d’aucuns iront jusqu’à baptiser sainte.

Reine est représentative de toutes les femmes de son siècle qui passèrent directement de la tutelle parentale à celle de leur mari, nées pour procréer et servir les hommes de leur famille, sans ressources personnelles et donc incapables de partir même si leur mariage s’avérait un calvaire. L’histoire est jusque là crédible et intéressante. Yves Viollier a choisi en outre de doter son personnage d’une résignation et d’une soumission sans borne, justifiées par une motivation religieuse toute catholique, qui, à la longue, ont fini par me gêner : comment lire sans révolte qu’une femme maltraitée, battue et humiliée, puisse presque y trouver une forme d’accomplissement, si religieux soit-il ?

Fluide et d’une lecture agréable, le récit est linéaire et descriptif : accentuée par le parti-pris d’une narration a posteriori qui s’adresse à l’héroïne en la vouvoyant, une certaine distanciation s’établit avec les personnages, observés de l’extérieur sans jamais vraiment les pénétrer. Le texte en acquiert la dimension nostalgique d’un retour sur le passé et des êtres aujourd’hui disparus, mais prend en même temps l’aspect d’une photographie lisse et glacée, où l’on peine à retrouver la véritable épaisseur des sentiments humains. Je n’ai pas réussi à me glisser dans la peau des personnages, ni à ressentir pour de bon leurs émotions. Reine n’est pas parvenue à m’émouvoir, si ce n’est à m’irriter.

Rappel de la dure condition féminine dans les campagnes françaises du siècle dernier, ce roman historique et de terroir, agréable mais un peu trop superficiel, ne me laissera pas de souvenir impérissable, si ce n’est un certain malaise face à l’acceptation catholique de la souffrance ici-bas.
Cannetille
Cannetille
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1669
Localisation : France
Date d'inscription : 20/05/2018

https://leslecturesdecannetille.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum