Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Votre avis sur ce livre

50% 50% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 2

[Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par adtraviata le Mar 20 Nov 2012 - 1:25




Titre : La Déesse des petites victoires
Auteur : Yannick Grannec
Editeur : Anne Carrière
Année : 2012
Nombre de pages : 455

Quatrième de couverture :
Université de Princeton, 1980. Anna Roth, jeune documentaliste sans ambition, se voit confier la tâche de récupérer les archives de Kurt Gödel, le plus fascinant et hermétique mathématicien du xxesiècle.

Sa mission consiste à apprivoiser la veuve du grand homme, une mégère notoire qui semble exercer une vengeance tardive contre l’establishment en refusant de céder les documents d’une incommensurable valeur scientifique.

Dès la première rencontre, Adèle voit clair dans le jeu d’Anna. Contre toute attente, elle ne la rejette pas mais impose ses règles. La vieille femme sait qu’elle va bientôt mourir, et il lui reste une histoire à raconter, une histoire que personne n’a jamais voulu entendre. De la Vienne flamboyante des années 1930 au Princeton de l’après-guerre ; de l’Anschluss au maccarthysme ; de la fin de l’idéal positiviste à l’avènement de l’arme nucléaire, Anna découvre l’épopée d’une femme confrontée toute sa vie à une équation impossible entre le génie, l'amour et la folie.

Mon avis :
Voilà un roman que j'ai dévoré en quelques soirées, pas seulement parce que je devais boucler le premier cycle de lectures du Prix Première, mais aussi parce que l'histoire d'Adèle et Kurt Gödel, la rencontre d'Anna et Adèle m'ont passionnée, voilà, c'est dit !

Je pourrais m'amuser à filer la métaphore mathématique sur ce triangle romanesque très réussi, mais je n'ai pas grand goût pour les maths... Lors de mes études secondaires, j'en étais arrivée à ne plus avoir que le minimum de maths possible (quant à la physique, n'en parlons même pas...), j'étais (et suis toujours) plutôt littéraire ! Mais cela ne m'a pas vraiment gênée dans ma lecture : certaines explications me sont certes passées au-dessus de la tête mais elles ne m'ont pas semblé nécessaires à la compréhension du livre. D'ailleurs les maths cèdent la place à la philosophie, car à la fin de sa vie, Gödel s'est beaucoup intéressé à la phénoménologie de Husserl et... cela m'a paru tout aussi complexe que les considérations matheuses.

Ce premier roman est de facture plutôt classique, rien de neuf dans cette alternance entre la rencontre d'Anna et Adèle et le récit de ses souvenirs par Adèle. Mais cette "formule" d'écriture (ah ben tiens, je réussis à en placer quand même, des termes mathématiques), cette formule, donc, maintient l'intérêt, nous permet de respirer un peu après quelques exposés du grand homme ou quelques discussions scientifiques entre gens de bonne compagnie. Pour ma part, je ne connaissais que très vaguement le nom de Kurt Gödel, j'ai donc appris quelque chose (je n'en demande pas moins aux livres) et puis, quel plaisir de voir mis en scène dans la vie quotidienne Albert Einstein, Robert Oppenheimer et d'autres savants de Princeton : Einstein disait, paraît-il, "Je ne vais à mon bureau que pour avoir le privilège de rentrer à pied avec Kurt Gödel." On le découvre ici entouré des femmes qui veillaient sur lui, ou dans l'intimité des Gödel, toujours préoccupé de science et d'éthique par rapport aux conséquences de ses découvertes. Si ces discussions scientifiques sont un peu longues parfois, elles n'ont pas entamé mon capital sympathie pour Adèle, mon "attrait-répulsion" pour Kurt Gödel et pour leur traversée du siècle, de Vienne à Princeton.

Etonnante, émouvante, cette rencontre entre une jeune femme pleine de vie et de réalisme qui a tout sacrifié à un jeune étudiant devenu un savant dont le génie l'a à la fois sauvé et empêché de vivre. Etonnant, émouvant comme les histoires d'Adèle et Anna se font écho. J'ai souvent eu envie de saisir celle-ci par les bretelles, de la secouer pour qu'elle se décide à vivre enfin. Elle a réussi à me surprendre jusqu'à la fin, très touchante.

Ce bon gros premier roman ne manque pas d'audace derrière sa couverture pleine d'humour !

"(Adèle parle à Einstein, qui lui répond) : - J'ai entendu une drôle d'histoire. Un automobiliste serait rentré contre un arbre parce qu'il était trop occupé à vous regarder !

- Seules deux choses sont infinies, Adèle. L'univers et la stupidité de l'homme. Et encore, je ne suis pas certain de l'infinité de l'univers !
" (p. 231)
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par marie do le Mar 20 Nov 2012 - 8:45

Belle critique, Adtraviata, qui donne envie de se plonger dans ce roman. Merci !
avatar
marie do
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 3805
Age : 51
Localisation : corse
Genre littéraire préféré : Assez varié : thriller, roman historique, contemporain, bd .....
Date d'inscription : 01/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par adtraviata le Mar 20 Nov 2012 - 12:16

N'hésite pas s'il te fait envie, Marie Do !
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par apm le Mar 20 Nov 2012 - 13:37

merci pour cet avis
avatar
apm
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 588
Age : 56
Localisation : Aquitaine
Date d'inscription : 11/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par louloute le Mar 20 Nov 2012 - 13:51

merci Adtraviata pour ta critique Very Happy
avatar
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 10223
Age : 48
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par adtraviata le Mar 20 Nov 2012 - 13:55

Avec plaisir, Louloute et Apm !
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par virgule le Mar 20 Nov 2012 - 19:05

Ce livre m'avait déjà intrigué quand j'avais vu l'auteur dans une émission littéraire.
Ton avis m'a convaincue.
Je le note.
Merci.
avatar
virgule
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2458
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 22/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par chimène le Mar 20 Nov 2012 - 22:06

J'avais déjà noté ce livre dans ma liste mais tu m'a encore plus convaincu dans mon choix en précisant que les explications mathématiques n'étaient pas trop laborieuses (j'avais un peu peur également étant donné mes compétences très limitées dans ce domaine!).
avatar
chimène
Apprenti
Apprenti

Féminin
Nombre de messages : 85
Age : 31
Localisation : RP
Genre littéraire préféré : Un peu de tout, un peu moins les policiers, thrillers
Date d'inscription : 06/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par adtraviata le Mer 21 Nov 2012 - 1:57

Disons que moi, ça ne m'a pas gênée, mais je connais quelqu'un que cela a lassé... A toi de voir, Chimène ;-)
avatar
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par virgule le Sam 8 Fév 2014 - 11:32

J'ai voté : très apprécié / Presque un coup de cœur... ce qui explique la longueur de ma critique  Wink 


Voici un bon gros roman comme je les aime, avec une qualité d'écriture indéniable.
L'auteur m'a emportée dans son récit, et j'ai lu ce pavé de 450 pages en 5 jours seulement.
J'ai aimé ce portrait de femmes.

Adèle Gödel, femme de l'ombre, a passé sa vie auprès de son mari, Kurt Gödel, mathématicien du XX° siècle (1906-1978).
Elle s'est sacrifiée pour lui, pour son travail, pour ses recherches, supportant son caractère difficile et ses manies, qui l'ont conduit à la folie.

J'avais abandonné derrière moi tous ceux que j'aimais. [...]
Il ne me restait plus que Kurt, dans toute sa faiblesse. J'avais fondé ma vie sur une seule personne.
Je ne sais toujours pas si c'était une preuve d'amour ou de bêtise absolue

Cet homme-là aussi était fragile, même s'il n'en voulait rien laisser paraître. Ils sont tous si fragiles. [...]
Sa vie, notre histoire, l'avenir du pays : tout était désordre. Je devais faire le ménage dans cette saleté.
Je devais apprendre à apprivoiser son chaos si je voulais nous imaginer un futur.
Je suis faite ainsi : dites-moi que je suis nécessaire et je vous soulève des montagnes.

Le destin de cette femme était de l'accompagner, lui, de côtoyer les plus grands noms de l'université de Princeton, de préparer des schnitzels pour Albert Einstein... et d'assister à leurs conversations scientifiques sans pouvoir y prendre part, elle qui n'était en 1928 qu'une "petite danseuse" d'un cabaret de Vienne.

Il fréquentait bien quelques logiciens [...], mais mon mari était d'une espèce différente ; un tigre blanc parmi les lions.
Albert avait été l'un des rares à parler sa langue. Kurt était l'étranger : étranger à ce siècle et à ce monde. Étranger jusqu'à son propre corps.


L'autre femme de ce roman est Anna, une documentaliste scientifique qui va à la rencontre d'Adèle, en 1980, dans la maison de retraite où elle termine sa vie.
La relation entre les deux femmes est difficile au début mais elle évoluera vers une tendre complicité  dans laquelle chacune pourra exprimer sa vision de la vie, non sans humour.

- Et moi alors ? Je suis coincée ici avec des baveux à la mémoire de poisson rouge. Personne ne veut finir comme ça.
- Il faut donc mourir jeune ?
- Partir avant ceux qu'on aime est la seule façon de ne pas souffrir.
- C'est atroce pour ceux qui restent, Adèle.
- Mon ultime luxe est de proférer des horreurs. Ceux qui apprécient prennent ça pour de la sagesse, les autres pour de la sénilité.

- La souffrance n'est pas une compétition. Le deuil peut être un soulagement. Quelquefois, le souvenir de l'absent est plus confortable que ne l'était sa présence.

Elle eut un pincement au cœur. Où était la pimpante demoiselle de la photographie ?
Sa compassion englobait la vieille femme et celle qu'elle-même deviendrait un jour, avec un peu de malchance.
Elle avait encore droit au luxe des illusions juvéniles ; mieux vaut mourir que vieillir.


J'ai beaucoup aimé le personnage d'Anna, son caractère, sa franchise. Elle vit seule et semble décidée à le rester.

- Pour ne pas se regarder le nombril, il faut en trouver un autre à contempler. Et on n'a jamais rien dégotté de mieux qu'un jules dans l'affaire !
- Je n'ai besoin de personne.
- Arrêtez un peu de faire votre fière. Nous sommes entre filles. Un bon orgasme, ça vous remet toujours les idées en place.

Malgré tout, elle est attachée à son ami d'enfance, Leo, qui est devenu mathématicien.

Anna [...] refusait de se soumettre à cette contrainte archaïque de la coquetterie. Elle n'avait jamais partagé l'intérêt de ses rares amies pour le lèche-vitrines. [...] Elle y voyait une résurgence du clivage paléolithique : les garçons-chasseurs courent après des baballes ; les filles-cueilleuses dépiautent des cintres. Sa théorie avait fait rire Leo. [...] Il la félicitait de ce peu d'efforts puisque, de toute façon, il la préférerait nue.

Va-t-elle, comme Adèle, accepter de reconnaître son amour pour cet homme torturé ? Acceptera-t-elle, elle aussi, de se laisser entraîner dans l'ombre d'un savant fou ?


Comme indiqué sur la quatrième de couverture, ce livre est une grande fresque sur le XX° siècle de 1928 à 1980, notamment sur le monde de la recherche à Princeton dans les années 50 et 60. On y découvre l'intimité d'Albert Einstein et des autres grands de l'époque, les avancées scientifiques, le contexte politique de la guerre froide, l'avènement de l'informatique lié aux progrès de la logique...

Pour moi, Herr Einstein resterait un homme de chair.
Je me souviendrai de son rire tonitruant, de son peignoir entrouvert et de ses cheveux ébouriffés. [...]
Éternel jouisseur, il était le double négatif de Kurt. Ce qui les séparait les avait rassemblés.
J'oublierais la relativité ; j'oublierais la bombe ; j'oublierais le génie.
La seule phrase que je garderais précieusement remontait à une cérémonie officielle en son honneur. Sa belle-fille Margot lui avait reproché de ne pas d'être changé pour la circonstance. Il avait contemplé avec satisfaction son pull mangé aux mites : « Si c'est moi qu'ils veulent voir, je suis ici ; si c'est ma tenue, ouvre mon placard et montre-leur mes vêtements ». J'enviais sa liberté.

Certaines conversations scientifiques ou philosophiques sont difficiles à suivre, mais l'ensemble se lit facilement.
Les personnages sont complexes, détaillés, attachants.

C'est un premier roman très prometteur, à découvrir.


Trois autres citations :

- J'aimais tant danser.
- Moi, j'évite. Je suis ridicule.
- Les gens dansent comme ils font l'amour. Regardez ces deux-là ! Ils sont beaux. De nos jours, les jeunes ne savent plus danser à deux. Et on s'étonne du taux de divorce !

Une femme et sa belle-mère sont comme deux savants se disputant la primauté d'une découverte. [...]
Nous étions les deux versants d'une même médaille : elle l'avait mis au monde ; je le verrais sans doute mourir.

- À quoi penses-tu devant l'océan ?
- Je contemple ce champ d'interactions ondulatoires dont la complexité me fascine.
- Quelle tristesse ! Tu devrais nettoyer ton esprit avec toute cette beauté.
- Les mathématiques sont la vraie beauté.
avatar
virgule
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 2458
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 22/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par Step le Sam 8 Fév 2014 - 11:57

Merci Virgule, merci pour vos avis, ce roman me tente, je le note...

_________________
 study   "Le gout du bonheur (1) Gabrielle" Marie Laberge study

         

Mes listes et challenges


flower Challenge Partage -Lecture 4/7 flower Challenge Bis-repetita 7/8 flower Challenge suivi d'auteurs illimité  flower
avatar
Step
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6453
Localisation : Fontainebleau
Emploi/loisirs : Lecture, cinéma, animaux, ....
Genre littéraire préféré : Romans contemporains ou non, policiers/thrillers, un peu tout. Pas de BD
Date d'inscription : 12/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Grannec, Yannick] La Déesse des petites victoires

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum