Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Martinez, Carole] Le coeur cousu

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Votre avis sur "Le coeur cousu" de Carole Martinez

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_lcap42%[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_rcap 42% 
[ 14 ]
[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_lcap30%[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_rcap 30% 
[ 10 ]
[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_lcap9%[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_rcap 9% 
[ 3 ]
[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_lcap6%[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_rcap 6% 
[ 2 ]
[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_lcap9%[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_rcap 9% 
[ 3 ]
[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_lcap3%[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Vote_rcap 3% 
[ 1 ]
 
Total des votes : 33

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par adtraviata le Jeu 19 Jan 2012 - 22:25

3/20, c'est bien sévère !! Ce livre n'était peut-être pas pour toi, ou ce n'était pas le bon moment. Ecriture et "irréel" vont bien ensemble pour moi.
adtraviata
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par louloute le Ven 20 Jan 2012 - 0:48

c'est vrai que c'est sévère mais sans la belle écriture ça aurais été 0/20 je pense comme tu le dis " l’écriture et l'irréel " c'est vraiment pas mon truc Very Happy j'ai détesté Boris Vian pour ça et là j’étais dans le quasi même bain seul la trame de l'histoire et sa belle écriture mon permis de lire jusqu'au bout mais la fin fut très dure Very Happy
louloute
louloute
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 12118
Age : 51
Localisation : Var, Sanary-sur-mer
Emploi/loisirs : mère au foyer
Genre littéraire préféré : thriller, historique, policier
Date d'inscription : 11/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par Vermicélia le Mar 17 Avr 2012 - 14:48

Je viens de le terminer et c'est un énorme coup de coeur, un pur moment de bonheur livresque
Vermicélia
Vermicélia
Membre assidu
Membre assidu

Féminin
Nombre de messages : 115
Age : 41
Localisation : orléans
Emploi/loisirs : secrétaire juridique
Genre littéraire préféré : polar, thriller
Date d'inscription : 20/02/2011

http://www.leparloirlitteraire.com

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par Salsera15 le Mar 17 Juil 2012 - 2:18

Voici mon avis:
J'ai découvert cette auteure par le biais de la lecture commune de juillet sur le forum Livraddict. Ce n'était pas un de mes premiers choix, mais compte tenu de l'abondance de votes que ce roman a reçu, je me suis laissée tenter par la découverte.

Concernant le style de l'auteure, il n'est pas du tout apparent qu'il s'agit de son premier roman. Elle écrit avec une plume habile et sait créer des phrases complexes et lourdes de sens. Cependant, je crois qu'elle a trop usé des figures de style. L'esthétisme qu'elle a cherché à donner à ses phrases a en quelque sorte compliqué ma lecture et l'a rendue plus lourde. J'aurais aimé des descriptions plus simples et plus fluides de façon à s'agencer parfaitement avec le reste du texte. Malgré tout, sa plume est excellente et très littéraire.

Les personnages qu'elle a créés sont d'une originalité sans pareil. Frasquita, mère et personnage principal de l'histoire, fait des miracles avec du fil et une aiguille. Elle crée des oeuvres majestueuses à partir de quelques bouts de tissu. Sa fille Clara possède une brillance qui fait tourner la tête des autres. Pedro se démarque par ses cheveux rouges. Martirio se démarque par sa froideur et finalement, Anita par sa gentillesse et sa bonté. Seule Soledad, le petite dernière, ne bénéficie pas d'une description absolue de son personnage. On en apprend très peu sur elle dans l'histoire, car c'est elle qui narre le roman. J'aurais malgré tout apprécié de savoir ce qu'il advenait de son personnage à la fin, comment elle choisirait de poursuivre sa vie bien qu'on sait déjà au début du roman qu'elle ne souhaite pas se marier.

L'intrigue, quant à elle, m'a laissée perplexe. Le roman est divisé en trois sections et j'ai eu l'impression qu'à chaque section, on aurait pu faire un roman distinct, soit les tomes 1,2 et 3. Le seul lien conducteur ce sont les personnages de Frasquita et de ses enfants qui reviennent. Seulement, j'ai trouvé que le lien entre chaque partie était un peu mal conçu. La magie est pourtant bien intégrée. Dans les diverses scènes on peut facilement découvrir le talent de couturière de Frasquita, tout comme l'importance accordée à la petite boîte qu'il faut transmettre, mais ne pas ouvrir avant un certain délai. Les personnages sont magiques en soit et c'est ce qui rend l'histoire intéressante. En dehors de cela, j'ai trouvé que le reste n'avait pas vraiment de contenu. La première partie traite des combats de coqs alors que la deuxième parle de la rébellion des paysans contre ceux qui les privent de vivres. Il n'y a aucun lien entre ces deux parties, d'ou le manque d'intérêt pour ce qui est narré. La troisième partie voit revenir José, le père des enfants, mais c'est surtout la nouvelle vie de Frasquita dans son nouveau quartier qui est abordé. On y voit comment elle exploite son talent, les amours de ses enfants et le quotidien de la petite famille. C'est décidément cette partie que j'ai trouvée la plus intéressante et la mieux réussie. La magie était bien préservée!

Ce que j'ai le plus aimé ce sont les personnages originaux qui m'ont fait sourire ainsi que la présence de la magie au quotidien!

Ce qui m'a déçu le plus c'est de faire face à une intrigue un peu décousue et dénuée d'intérêt alors qu'avec des personnages si bien caractérisés, on aurait pu créer quelque chose de beaucoup plus percutant et poignant!

Malheureusement, je ne recommande pas ce roman. Les 400 pages qu'il contient m'ont pris énormément de temps, car j'avais de la difficulté à le terminer.

Je lui donne une note de 2/5.
Salsera15
Salsera15
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 363
Age : 30
Localisation : St-Jérôme
Emploi/loisirs : Étudiante en communication
Genre littéraire préféré : Drames romantiques, jeunesse et fantasy
Date d'inscription : 18/07/2011

http://salsera15.blogspot.ca

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par adtraviata le Mar 17 Juil 2012 - 10:45

Tu es dure avec ce roman, Salsera ! Tu attendais quelque chose de "plus poignant" : que mets-tu derrière ce mot ? C'est sans doute une question d'âge et de goût en matière de livres qui fait la différence d'avis entre nous : pour moi, ce roman était magique, envoûtant, original, et tellement bien écrit, Carole Martinez a une voix inoubliable.
adtraviata
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par Salsera15 le Mar 17 Juil 2012 - 17:52

Je n'ai rien à redire contre l'écriture, elle a une plume superbe. Seulement côté narration, j'aurais aimé plus d'action, car j'ai trouvé que ça trainait un peu en longueur...
Salsera15
Salsera15
Membre connaisseur
Membre connaisseur

Féminin
Nombre de messages : 363
Age : 30
Localisation : St-Jérôme
Emploi/loisirs : Étudiante en communication
Genre littéraire préféré : Drames romantiques, jeunesse et fantasy
Date d'inscription : 18/07/2011

http://salsera15.blogspot.ca

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par adtraviata le Mar 17 Juil 2012 - 18:19

Tous les romans ne sont pas trépidants... C'est que celui-ci ne te convenait pas.
adtraviata
adtraviata
Grand expert du forum
Grand expert du forum

Féminin
Nombre de messages : 763
Localisation : Tournai (Belgique)
Emploi/loisirs : Enseignante, lecture, musique classique, cinéma, vie associative
Genre littéraire préféré : Littérature contemporaine, anglo-saxons, scandinaves, polars, jeunesse
Date d'inscription : 05/01/2011

http://desmotsetdesnotes.wordpress.com

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty [Martinez Carole] Coeur cousu

Message par Pinky le Sam 28 Déc 2013 - 13:26

COEUR COUSU

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 51oid410

Roman, édité chez Folio en mars 2009

448 pages

Résumé

«Écoutez, mes sœurs ! Écoutez cette rumeur qui emplit la nuit ! Écoutez... le bruit des mères ! Des choses sacrées se murmurent dans l'ombre des cuisines. Au fond des vieilles casseroles, dans des odeurs d'épices, magie et recette se côtoient. Les douleurs muettes de nos mères leur ont bâillonné le cœur. Leurs plaintes sont passées dans les soupes : larmes de lait, de sang, larmes épicées, saveurs salées, sucrées. Onctueuses larmes au palais des hommes !» Frasquita Carasco a dans son village du sud de l'Espagne une réputation de magicienne, ou de sorcière. Ses dons se transmettent aux vêtements qu'elle coud, aux objets qu'elle brode : les fleurs de tissu créées pour une robe de mariée sont tellement vivantes qu'elles faneront sous le regard jaloux des villageoises ; un éventail reproduit avec une telle perfection les ailes d'un papillon qu'il s'envolera par la fenêtre ; le cœur de soie qu'elle cache sous le vêtement de la Madone menée en procession semble palpiter miraculeusement... Frasquita a été jouée et perdue par son mari lors d'un combat de coqs. Réprouvée par le village pour cet adultère, la voilà condamnée à l'errance à travers l'Andalousie que les révoltes paysannes mettent à feu et à sang, suivie de ses marmots eux aussi pourvus - ou accablés - de dons surnaturels... Le roman fait alterner les passages lyriques et les anecdotes cocasses ou cruelles. Le merveilleux ici n'est jamais forcé : il s'inscrit naturellement dans le cycle tragique de la vie.

Mon ressenti

Un coup de cœur extraordinaire. Dès les premières lignes, j’ai été envoutée et transportée par cette histoire de transmission… C’est poétique, magique, tragique, violent, passionnel, envoutant …

Au travers de l’histoire de Frasquita que nous raconte une de ses filles (de son enfance à la fin de sa vie), c’est l’Espagne qui s’offre. Au travers de ce conte, c’est le tissage fin et délicat du destin qui est mis en avant. De fil en aiguille, Frasquita se révèle de plus en plus forte en nous plongeant dans un univers de traditions mystérieuses d’où surviennent des évènements extraordinaires : cadeaux ou maléfices.

Chaque personnage est savamment dosé et représente une partie de nous-mêmes, entre espoir et désespoir, entre réalité et rêve. J’ai été emportée par la ronde folle de ce conte fantastique à la gloire du courage de bien des femmes, à la gloire de l’art et de la liberté…

Ce texte est somptueux ! Il a la profondeur de la vie, le mystère du conte, la beauté de la poésie, le lyrisme de l'épopée, la saveur d'un récit d'initiation et j'en oublie.

Foncez, à lire absolument
Pinky
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6436
Age : 56
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par alexielle63 le Sam 28 Déc 2013 - 13:37

Sujets fusionnés : merci de revoter, Pinky ^^
alexielle63
alexielle63
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6759
Age : 37
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Prépa de concours
Genre littéraire préféré : fantasy, policiers, romans, enfin bref, tout ce qui se lit!
Date d'inscription : 25/05/2009

http://lecturesdalexielle.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par joëlle le Mar 8 Avr 2014 - 18:18

C'est Soledad, (solitude) la narratrice. Elle recherche sa mère (Frasquita), ou plutôt l' amour de sa mère à travers les mots, les récits d' Anita, sa soeur ainée.

Frasquita reçoit un coffret, elle devra le garder et le protéger, sans l' ouvrir, neuf mois pour y découvrir un don.(Neuf mois, le temps que met un enfant pour se former dans le corps, dans le coeur de sa mère.)Lorsque sa fille aînée sera pubère, elle devra le lui transmettre...et ainsi de suite, de mère à fille, de soeur à soeur.
Chaque enfant née de Frasquita aura un don différent.
Et nous allons suivre cette mère courage, qui protègera et aimera ses aînés jusqu' à perdre la tête et marcher...marcher...comme si elle voulait fuir ce dernier enfant qu' elle porte. Devenue un être fragile, elle finira par s' arrêter en Afrique du Nord. Elle vivra de ce don qui lui a tant nuit en faisant des robes de mariées.
Les hommes ne sont pas absents de ce roman, mais ils ont tous un côté négatif. Le père qui ne revient que pour détruire son fils, le médecin Eusebio, devenu un "ogre" et qui attend de sa mère qu'elle lui ôte la vie plutôt que d' assumer ses actes, le prêtre qui préfère voir le diable dans la voix d' Angela au lieu d' avouer son désir...

"N' est-ce pas la douleur de nos mères que nous nous léguons depuis la nuit des temps dans cette boîte en bois?"

C'est un conte, mais juste parce que la mère et ses enfants ont des dons surnaturels..., c'est un beau roman que j' ai lu avec plaisir.
joëlle
joëlle
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 6652
Localisation : Gard
Date d'inscription : 30/09/2013

http://leslecturesdejoelle.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par Moulin-à-Vent le Ven 6 Avr 2018 - 2:27

J'ai beaucoup aimé! Beaucoup!
Ce conte romancé exprime la chaleur de l'Andalousie tout comme celle de l'Afrique du Nord.
En moins déjanté, nous revisitons "Cent ans de solitude" de Gabriel Garcia Marquez (probablement le roman que j'ai le plus détesté, m'étant essayé à trois reprises de le terminer et n'ayant jamais réussi), "L'écume des jours" de Boris Vian avec des notes brûlantes et enfumées de jazz, "Don Quixotte" de Miguel de Cervantès, "Frankenstein" de Mary Shelley, "La Bible" et le poème "La ballade des pendus" de François Villon. Il y a certainement plusieurs autres œuvres touchées par ce roman, œuvres que l'on découvrirait facilement avec une peu plus de culture. Le désert andalou sied bien à ce roman.
Ma cote: 7/10.


Citations

"Elle lui avait fait l'amour à lui qui ne savait plus comment on aime avec sa chair..."
(Page 125)

"Mais qui du livre ou de sa lectrice dévorait l'autre?"
(Page 166)

"Les mains des conteuses sont des fleurs agitées par le souffle chaud du rêve ..."
(Page 313)

"Depuis le premier soir et le premier matin, depuis la Genèse et de début des livres, le masculin couche avec l'Histoire."
(Page 378)

" « ... Ce qui n'a jamais été écrit est féminin.» "
(Page 379)

"Que les fantômes qui m'habitent regagnent leur nuit, me laissent goûter mon vide intérieur!"
(Page 404)


(Carole Martinez, "Le cœur cousu")
Moulin-à-Vent
Moulin-à-Vent
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2283
Age : 67
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Roman historique
Date d'inscription : 07/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par Pinky le Ven 6 Avr 2018 - 8:50

joliment dit Moulin-à-vent
Pinky
Pinky
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 6436
Age : 56
Localisation : Les Sables d'Olonne (85)
Emploi/loisirs : Educatrice spécialisée, peinture, dessin, bricolage, ballade, baignade, tricot, couture
Genre littéraire préféré : Je lis de tout en littérature mais j'ai beaucoup de mal avec les policiers... j'en lis 1 ou 2 dans l
Date d'inscription : 04/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

[Martinez, Carole] Le coeur cousu - Page 3 Empty Re: [Martinez, Carole] Le coeur cousu

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum