Partage lecture
Pour rejoindre notre grande communauté, il suffit de cliquer sur "S'enregistrer" (en bas de cette fenêtre)!
Après votre inscription, vous recevrez dans la boîte e-mail dont vous avez indiqué l'adresse un lien sur lequel il va falloir cliquer pour activer votre compte avant de pouvoir vous connecter et participer avec nous.

Afin d'aider les nouveaux à se familiariser avec le forum, nous avons mis au point un système de parrainage.
Vous recevrez un message privé sur le forum de la part de votre parrain.

Au plaisir de vous compter parmi nos membres.

L'administratrice

[Duroy, Lionel] Le Chagrin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Duroy, Lionel] Le Chagrin

25% 25% 
[ 1 ]
50% 50% 
[ 2 ]
0% 0% 
[ 0 ]
25% 25% 
[ 1 ]
0% 0% 
[ 0 ]
0% 0% 
[ 0 ]
 
Total des votes : 4

[Duroy, Lionel] Le Chagrin

Message par LOUBHI 49 le Mar 28 Déc 2010 - 20:17



Présentation de l'éditeur
De l’Occupation jusqu’à nos jours en passant par la guerre d’Algérie et Mai 68, des avenues chics de Neuilly aux cités dortoirs de Rueil, Lionel Duroy retrace l’itinéraire chaotique d’un garçon pris au piège d’une odyssée familiale désastreuse. Un roman poignant qui fouille les mentalités françaises depuis la seconde moitié du XXe siècle.

Au départ, c’est un couple amoureux qui convole durant l’Occupation. Le mari est issu de la noblesse désargentée ; d’une grande beauté, l’épouse aspire à une vie mondaine digne de sa récente particule. En catholiques zélés, ils donnent naissance à onze enfants, tandis que toute la maisonnée mène aveuglément un train de vie de grands bourgeois. Prêt à se lancer dans les entreprises les plus hasardeuses pour satisfaire les exigences de sa bien-aimée, le père accumule en secret des dettes exorbitantes. La chute n’en est que plus rude. Expulsion des beaux quartiers, humiliation sociale... toute la tribu est relogée dans une cité lugubre où ne tiennent aucun des meubles fabriqués sur mesure pour le bel appartement de Neuilly. La paix du ménage se fissure, tout comme l’équilibre psychologique de la mère. Commence une longue série de galères - de magouilles paternelles en crises de nerfs maternelles. Le narrateur, l’un des enfants, est le témoin épouvanté des calamités qui s’amoncellent au-dessus du foyer familial. Un chagrin qui pèsera sur ses épaules durant toute son existence. De 1940 à nos jours, la société française connaîtra elle aussi de grands bouleversements. Mais jamais cette famille ne sera du bon côté des événements politiques. Défenseur de Pétain sous l’Occupation, opposé de nouveau à de Gaulle lorsqu’il « abandonne » les Français d’Algérie, et pestant contre ces « gauchistes » qui, en 68, incendient Paris du haut de leurs barricades, le père est toujours à contre-courant des grands mouvements libérateurs. Il faudra plusieurs décennies au narrateur pour se défaire de l’héritage culturel familial, et parvenir enfin à se forger ses propres convictions.

Comprendre d’où l’on vient pour parvenir à s’émanciper de son passé, telle est l’entreprise du Chagrin. Lionel Duroy s’est inspiré de son propre parcours pour écrire ce magistral roman d’initiation. Loin de montrer la face glorieuse de son existence, c’est au contraire avec un courage et une sincérité déchirants que Lionel Duroy décrit ce que tant d’autres familles taisent sur leurs origines honteuses ou inavouables. Selon une conception cyclique du temps chère à Marcel Proust, Lionel Duroy démontre que les mêmes épisodes traumatiques ne cessent de se rejouer dans notre vie présente, sous d’autres déguisements. Et souligne, avec mélancolie, la manière dont l’enfance continue à nous hanter des décennies plus tard.

Longtemps journaliste à Libération et à L’Événement du jeudi, Lionel Duyroy a aussi aidé à rédiger les biographies de nombreuses célébrités. Il est l’auteur d’une dizaine de romans dont Méfiez-vous des écrivains, Priez pour nous et Le Cahier de Turin.

Avis et sentiment :

Un très grand livre dans le registre du récit familial, des blessures et de leur répercussion sur sa propre histoire de vie comme j'ai rarement eu l'occasion de lire. L'avis de l'éditeur qui débute cet article donne parfaitement le ton.

Un récit d'enfance sur fond de grandes familles bourgeoises déchues où l'on veut sauvegarder une apparence de bienséance et de haute classe sociale. Tout cela sur fond d'histoire contemporaine, où l'on retrouve ses propres repères. A la base une certaine mésalliance qui va marquer à vie le récit de vie de cette famille française composée d'une mère attachée à sa haute lignée mariée à un homme d'un certain niveau social mais désargenté et d'une tribu de 9 enfants. Dès la naissance cette mère va favoriser celles et ceux des enfants dont elle voit le plus de ressemblance avec sa propre ascendance et négliger les autres dont l'auteur.

Des choix politiques à contre courant (plutôt d'extrême droite et traditionaliste) , un manque d'argent constant, une dégradation constante et perpétuelle de leur statut social, malgré tous ces bouleversement, Madame ne peut pas le concevoir et va s'ingénier à pourrir la vie de toute sa famille et surtout de celle de Toto (surnom affectif du père) pour garder les apparences sauves. Pour essayer de surseoir à la bonne volonté de son épouse, il va enchaîner les petits boulots, les escroqueries mais jamais elle ne lui en saura gré.

La chute de cette famille ne cesse, durant tout le livre de s'aggraver, la mère du narrateur, incapable de supporter les injonctions des huissiers, l'expulsion de Neuilly pour un immeuble de banlieue et plutôt que de se battre aux côtés de sa famille va s'enfermer dans le mysticisme, les retraites au monastère, une certaine folie et laisser les enfants essayer de surnager.

C'est le combat des enfants pour sauver ce qui peut l'être et défendre le père et les tribulations du clan que l'on suit. Le narrateur restera le plus détesté par sa mère et le plus révolté, d'abord proche des opinions politiques de ses parents, il va au fur et à mesure de son parcours prendre conscience de l'arriération des opinions inculquées, essayer de reconquérir sa mère, aider dès qu'il le peut son père et le clan familial au détriment de son équilibre personnel (refus de s'installer, refus d'une vie de couple, difficultés de couples) et commencer, après une première carrière dans le journalisme (les débuts de Libération), sa propre psychanalyse par l'écriture avec des livres plus qu'autobiographiques "Priez pour nous" puis "Le Chagrin" mais risquer ainsi la scission définitive du clan qui se retournera contre lui.

Une belle écriture, une certaine histoire française, une véritable autobiographie et un livre déchirant. Prenez Mauriac ("Le Nid de Vipère"), Bazin ("Vipère au poing") pour la densité dramatique et Alexandre Jardin ("Le Zubial") pour les tribulations familiales et vous retrouverez des parcelles de ce livre de Lionel Duroy
avatar
LOUBHI 49
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 2209
Age : 51
Localisation : Angers
Emploi/loisirs : Commercial Régional
Genre littéraire préféré : Historique / Roman Français/Littérature Classique
Date d'inscription : 09/01/2010

http://www.passiondelecteur.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Duroy, Lionel] Le Chagrin

Message par zazy le Mar 28 Déc 2010 - 20:30

très belle critique qui donne envie de lire ce bouquin
avatar
zazy
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 1926
Age : 68
Localisation : bourgogne
Emploi/loisirs : lecture, broderie, sport
Genre littéraire préféré : A peu près tout sauf la S.F.
Date d'inscription : 05/04/2010

http://zazymut.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Duroy, Lionel] Le Chagrin

Message par line le Jeu 13 Jan 2011 - 11:30

Merci LOUBHI de m'avoir fait découvrir ce livre grace à ta critique, c'est mon premier Duroy, j'ai beaucoup aimé

line
Nouveau membre
Nouveau membre

Féminin
Nombre de messages : 4
Age : 62
Localisation : bagneres de bigorre
Emploi/loisirs : couture,broderie, lecture
Genre littéraire préféré : trhillers - romans
Date d'inscription : 05/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Duroy, Lionel] Le Chagrin

Message par lalyre le Dim 23 Déc 2012 - 16:07

Le chagrin
Lionel Duroy
Ed.J’ai lu 2011
ISBN 978 2 290 03156 8
733 pages


Mon avis
Que nous évoque le titre de ce récit ? C’est tout simplement l’histoire d’une vie, celle de l’auteur…Peut-être a-t-il un peu romancé son autobiographie ? Mais il est certain que j’ai ressenti une réelle sympathie pour cet homme dont on devine la souffrance de toute une vie. Dès son enfance il se trouve entre un père représentant de commerce, fou de Pétain et antisémite nommé Toto, (je trouve que ce nom lui va bien) et une mère sans cesse déprimée, déçue de ne pouvoir mener le train de vie de sa jeunesse, il est aussi entouré de ses neuf frères et sœurs qui très vite ont appris à protéger les parents vis-à-vis l’un de l’autre, car des disputes il y en a mais cela se termine souvent par une scène d’amour. Toute cette tribu vit avec peu, souvent dans misère, suite aux dettes que Toto contracte sans arrêt, ce qui bien souvent provoque l’expulsion de la famille qui se retrouve à vivre tous en HLM ou dans une seule pièce. L’auteur ou le narrateur me parait blessé par la vie, ne serait-ce que par l’indifférence de sa mère à son égard, cependant dans son récit il se penche avec douleur, sensibilité et pourtant avec une certaine ferveur sur l’histoire de sa famille. Se pourrait-il que ce livre lui fasse découvrir l’acceptation de soi ? Nous ne sommes pas là pour juger….. Je n’ai pas lu les autres livres de cet auteur mais dans celui-ci, il nous dit que lors de la sortie de “Priez pour nous “ il fut complètement banni et haï par sa famille. J’ai beaucoup apprécié cette lecture ou les thèmes amour, indifférence, jalousie et misérabilisme sont exploités avec pudeur, je pense en lire d’autres de Lionel Duroy.
avatar
lalyre
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Féminin
Nombre de messages : 5846
Age : 85
Localisation : Liège (Belgique )
Emploi/loisirs : jardinage,lecture
Genre littéraire préféré : un peu de tout,sauf fantasy et fantastique
Date d'inscription : 07/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Duroy, Lionel] Le Chagrin

Message par Moulin-à-Vent le Dim 3 Jan 2016 - 20:24

J'ai moyennement aimé.  L'univers décrit nous est assez méconnu, mais les différences de points de vue sont intéressantes, qu'il s'agisse de la Deuxième Grande Guerre, du général De Gaulle,  de la guerre d'Algérie, et le reste.
Les problèmes familiaux sont énormes dans cette famille de onze enfants, famille dont le père n'a qu'un faible revenu et qui doit tout faire pour plaire à son épouse qui veut être et croit être de la classe bourgeoise.  Cette mère continuellement enceinte et naturellement inatteignable pour sa progéniture apporte beaucoup de difficultés à ses enfants et ces derniers éprouvent beaucoup de peine à trouver leur place physique et mentale.  Un des enfants devenu adulte optera de régler ses comptes avec sa mère, ce qui fera éclater les liens familiaux déjà très minces.
Ma cote: 5,5/10.

Citations

"Elle a un sourire d'un charme presque insupportable, me dis-je... et quelque chose de cendré dans la voix qui me déshabille le cœur."


" ... mais parfois, quand je marche ou suis sur mon vélo, je me surprends à rêver, à entendre des phrases se former dans ma tête, s'enchaîner, composer bientôt tout un paragraphe, toute une page peut-être, qui me semble exprimer quelque chose de si essentiel, ou de si beau, que j'essaie aussitôt de le retranscrire.  Cependant, le temps de trouver un crayon et du papier, je l'ai perdu, ou parfois le temps d'écrire la première phrase j'ai perdu tout le reste.  Comme si ces mots, ou ces images, étaient enfouis si profondément en moi qu'ils n'affleuraient que dans certaines situations particulières, certains moments de détachement, d'inattention ou de grâce, avant de m'échapper aussitôt entraperçus.  Cela me désespère, et, en même temps, me remplit d'espoir.  Je me dis que si j'ai la chance de découvrir un jour l'objet de ma vie (comme Nicolas l'a découvert avec la photo), je le trouverai dans ces instants où mon esprit semble se détacher de moi pour voler subrepticement de ses propres ailes, avant de regagner sa sombre boîte.  Et je guette ces instants, et je ne pars plus me promener sans un carnet et mon stylo."


"Il y a des âmes si secrètes, si attachantes, qu'on doit avoir le sentiment, les perdant, de dégringoler de plusieurs étages, comme si on s'était élevé grâce à elles."


(Lionel Duroy, "Le chagrin")
avatar
Moulin-à-Vent
Grand sage du forum
Grand sage du forum

Masculin
Nombre de messages : 1952
Age : 65
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Retraité
Genre littéraire préféré : Roman historique
Date d'inscription : 07/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Duroy, Lionel] Le Chagrin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum